Entre mer et estuaire (30.08.2014)


Comme s’il veillait sur les lieux, "le serpent d’océan de Huang Yong Ping "commence - ou termine -  le parcours d’Art contemporain le long de la Loire. Certains le nomment le « Dragon de Mindin  et l’on devine qu’il a traversé les mers pour venir échouer sa gueule démesurée sur cette plage.  
Voir pourrez lire en bas de Note un extrait de la fiche de présentation de l'œuvre. 

 

Mindin - PhotosLP Fallot (3).jpg

 Le Serpent d'océan à la pointe de Mindin
Photographie Louis-Paul Fallot, juillet 2014


  

 

Mindin - PhotosLP Fallot (1).JPG

 

Ici, le spectacle est saisissant  sur l’estuaire, les plages,  le pont et au fond  la ville de Saint Nazaire...

 

 

 ...et ses grands ensembles architecturaux portuaires, revisités eux aussi par d’autres œuvres d’art comme les Triangles rouges de Varini .

 

Mindin - PhotosLP Fallot (5).jpg

 

Mindin - PhotosLP Fallot (4).jpg




La mer commence son ballet marin sur l’estran, dans les lumières du ciel  de fin d’après-midi et des mouvements de la marée montante qui ne cessent de faire bouger les paysages.  
Nous y restons un bon moment sur cette  promenade du littoral  aménagé à  St Brévin  les Pins.

Mindin - PhotosLP Fallot (2).jpg


Mes yeux se fixent sur ces étranges bâtisses  de bois sur pilotis et encore cette fois, je me dis que les pêcheries que l’on trouve tout au long de cette côte de Jade sont un thème inépuisable de sujets  pour les photographes.  

 

 

Mindin - PhotosLP Fallot (6).jpg

Illustrations:  
Pointe de Mindin à St Brévin les Pins et le Serpent d'Océan
Photographies Louis-Paul Fallot - juillet 2014

 

Extrait de la fiche sur le site de présentation de l’œuvre de Huang Yong Ping sur le site estuaire.info/fr/.

 "(…) En faisant apparaître sur les rives de l’Europe une des figures majeures de la mythologie chinoise, Huang Yong Ping aborde, comme souvent dans son travail, les notions d’identité et d’hybridité culturelle. La question environnementale est également très présente dans son art où il met régulièrement au jour le paradoxe de l’homme sciant la branche sur laquelle il est assis, tiraillé entre capacités créatrices et pulsions destructrices. C’est une des lectures possibles de cette œuvre. Positionné sur l’estran, le squelette apparaît au rythme de la marée, et accueillera, peu à peu, faune et flore marines."

 

| Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : carnet de vacances été 2014, bretagne, estuaire, saint brévin, huang yong ping, serpent d’océan, une note fleuve pour un estuaire | 10:20 |  Facebook |  Imprimer |