Si j'étais Président... (11.04.2007)

medium_PhotosLP_P1160222.2.JPG 
Il était une fois à l'entrée des artistes
Un petit garçon blond au regard un peu triste
Il attendait de moi une phrase magique
Je lui dis simplement : Si j'étais Président
Si j'étais Président de la République
Jamais plus un enfant n'aurait de pensée triste
Je nommerais bien sur Mickey premier ministre
De mon gouvernement, si j'étais président
Simplet à la culture me semble une évidence
Tintin à la police et Picsou aux finances
Zorro à la justice et Minnie à la danse
Est c'que tu serais content si j'étais président ?
Tarzan serait ministre de l'écologie
Bécassine au commerce, Maya à l'industrie,
Je déclarerais publiques toutes les pâtisseries
Opposition néant, si j'étais Président
medium_PhotosLP_P1160333.JPG
Si j'étais Président de la République
J'écrirais mes discours en vers et en musique
Et les jours de conseil on irait en pique-nique
On f'rait des trucs marrants si j'étais Président
Je recevrais la nuit le corps diplomatique
Dans une super disco à l'ambiance atomique
On se ferait la guerre à grands coups de rythmique
Rien ne serait comme avant, si j'étais président
Au bord des fontaines coulerait de l'orangeade
Coluche notre ministre de la rigolade
Imposerait des manèges sur toutes les esplanades
On s'éclaterait vraiment, si j'étais président !
medium_Copie_de_PhotosLP_P1150889.3.JPG
Si t'étais Président de la République
Pour nous, tes p'tits copains, ça s'rait super pratique
On pourrait rigoler et chahuter sans risques
On serait bien contents si t'étais Président

Je s'rais jamais Président de la République
Vous les petits malins vous êtes bien sympathiques
Mais ne comptez pas sur moi pour faire de la politique
Pas besoin d'être Président, pour aimer les enfants.

Paroles et Musique: Pierre Delanoé, Gérard Lenorman,1980
PhotosLP
   
medium_PhotosLP_P1150284.JPG

 PS: J'apprends que je fais partie d'une nouvelle sorte de français :

LES INDECIS

Une épidémie, un mal contagieux...

C'est grave docteur?

En tout cas, me voilà de nouveau catalogué, nommé, courtisé.

Pourtant, je vais voter.

Parce que le droit de vote est un acquis de notre démocratie. J’ai toujours voté !

Pour quoi ?

Pour l’espoir de quelques beaux actes de courage et il y en a eu par le passé comme la loi sur l’avortement, l’abolition de la peine de mort… Pour l’espoir d’une vie meilleure pour tous les gens qui souffrent de pas un rond, de pas de logement, de pas de travail, de pas de soins… Pour y croire un peu encore même si cette campagne zappe les vrais débat et me paraît  bien pauvre, et rester dans le paraître.

Alors pour qui ?

Dans ma note sur L’Elysée, ils étaient 41, il en est resté douze !

 J'ai posé la soustraction, et je vous donne le résultat :

12-10 = 2

Et j'ai beau compter et recompter, je n'ai pas fait d'erreur.

J'ai donc encore quelques jours pour faire une autre opération, et moi qui n'aime pas les maths!

| Lien permanent | Commentaires (23) | 00:05 |  Facebook |  Imprimer |