L’alphabet de Léo (21.03.2013)

 

Quand on aime c'est pour toute la vie
Cette vie qui dure l'espace d'un cri
D'une permanente ou d'un blue jean
Et pour le reste on imagine

Léo Ferré
VINGT ANS



 

La mer à Vintimille-PhotosLP Fallot.jpgUne plage en hiver à Vintimille…
Entre Monaco et Bordighera, deux lieux de la vie de Ferré et la Toscane n'est pas loin...
Photographie Louis-Paul Fallot, mars 2013

En 1990, avant d'interpréter La Mort sur la scène du TLP Déjazet, il livra ce petit prologue en forme d'exorcisme: « Un jour j’étais seul chez moi et j’ai décroché le téléphone. Et j’ai entendun une voix qui m’a dit : "Allo…ici c’est la mort, monsieur, j’aime beaucoup ce quie vous faites." Et j’ai juste eu le temps de lui répondre : " Moi aussi, madame, j’aime beaucoup ce que vous faites… "
C’est extrait du Dictionnaire Ferré, page 189, de Robert Belleret qui vient de sortir en librairie.

Léo Ferré
nous a quittés il y a 20 ans, le 14 juillet 1993…

 

 

 

Couverture du livre Dictionnaire Ferré de Robert Belleret.jpgPlus tard, il sera dans ma bibliothèque, aux côté du « Librio », du « Kudelka » et pour sûr du « Seghers ». (1) Des ouvrages, des achats à tout âge et qui viennent souvent et avec bonheur en mes mains tout comme ces disques qui eux enchantent mes oreilles… Léo Ferré fait partie de ma vie tout simplement et avec constance

Ici, sur ce blogue, Ferré est invité  permanent.  Si je n’aime pas le mot « fan », encore moins « idole »,  je fredonne souvent la chanson de son copain Caussimon,  pas   encore lassé  et  j’aime rappeler en ce  temps qui tant nous désole   qu’il y a encore  des  cœurs purs.. Celui qui refusa tous les honneurs, médailles et autres glorioles  nous fit sa dernière « provoc » en  tirant  sa révérence un jour de 14 juillet. Il y a 20 ans. Pour tout bagage on a sa gueule  et j’aime aussi la gueule de Ferré surtout quand c’est  son ami André Villers (2) qui lui tailla si joliment  le portrait. (Voir plus bas)

 

Et voilà, je pars pour  publier  une « 4 de couv » et quelques morceaux choisis  et j’en oublie le temps. Mais çà me va bien ce matin, ce temps de Léo qui  va.  Va, tout va bien : Ce dico Ferré, pour le moment est sur ma table de nuit,; je l’ouvre, je lis et je peux d’ores et déjà affirmer "oui, Monsieur  Belleret (3), les  belles surprises sont bien  au rendez-vous !".
J'avais choisi au départ de publier quelques unes des lignes  où l'auteur raconte l'une des plus belles chansons de Ferré, La mémoire et la mer.  Cet extrait, ce sera une autre fois, peut-être… Si ma mémoire s’en souvient et s’il ne me vient pas cette envie qui monte souvent en moi de délaisser mon clavier pour aller voir la mer… 
Je vous conseille ce livre.
Un clic et vous la lirez, cette quatrième de couverture du Dictionnaire Ferré,.



léo ferré,andré villers,robert belleret,livres,dictionnaire ferré,mer,mémoire(1)  Léo Ferré par Stan Cuesta chez Librio -  Léo Ferré L’album de  Robert Kudelka chez Z’éditions - Léo Ferré par Charles Estienne chez Seghers,,Poésie et chansons.
(2) Si vous venez sur la Côte d’Azur, (Ferré y repose en Principauté  voisine), ne manquez pas de venir à Mougins, au musée de la photographie André Villers. Espo temporaires et œuvres de Villers, j’y avais vu la première fois un magnifique portrait de Léo Ferré mais le fonds photographiques de Villers tourne ici.
(3) Dictionnaire Ferré de Robert Belleret chez fayard. « Ancien grand reporter au Monde, Robert Belleret est l’auteur de plusieurs ouvrages. Sa biographie de Léo Ferré, plusieurs fois rééditée, est considérée comme une référence. »

Ci-contre, Léo Ferré photographié par André Villers. Cette photos illustre l’album de Léo Ferré "La violence et l’ennui." On la retrouve aussi en couverture du livre de Robert Belleret, " Léo Ferré, une vie d’artiste " chez Actes sud.

 

| Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : léo ferré, andré villers, robert belleret, livres, dictionnaire ferré, mer, mémoire | 10:20 |  Facebook |  Imprimer |