Transparence (10.07.2010)

 

Libellule-PhotosLP Fallot.jpgUne invitée surprise hier soir vers 22h30. Je n’avais encore jamais vu une libellule voler la nuit. Encore moins dans une cuisine!

J’ai fait des recherches, après avoir fait quelques clichés de "l'évènement". (La photo ci-contre n'est pas en N&B...)

J’ai eu ma réponse sur le site du Muséum d’histoire naturelle de….Nantes. (Non, je ne l’ai pas fait exprès !)

Alors si vous voulez tester vos connaissances sur les libellules, cliquez pour faire le quizz que le site nous propose.  

 

Puis je me suis dit que peut-être la demoiselle  était venue me souhaiter de bonnes vacances. M’inviter à me poser. Comme sa consœur   dont la photo -  extraite de mon livre – illustrait  mon billet de l’an neuf.  

  

 

J’ai relu cette Note, "Se poser"assez content à  mi parcours de 2010 du devenir de ces résolutions.  

Qu’il est bon de relire de temps à autre quand la vie s’emballe, que les évènements non prévus viennent  troubler l’équilibre émotionnel que je me construis un jour à la fois depuis le 23 septembre 2003.

 

 

J’ai éteins la lumière, la belle venait s’y cogner contre le luminaire ; je ne voulais surtout pas qu’elle vienne s’y brûler les ailes ! Mais malgré la porte du balcon ouverte, elle  n’a pas  trouvé seule son chemin. Délicatement, je l’ai aidé à retrouver les airs de la liberté.

 

 

Libellule- PhotosLP Fallot.JPG

 

 

Se poser, me poser écrivais-je le 1er janvier sur ce blogue

 

Laisser son corps se reposer, ses pensées s’alléger

Rendre son âme disponible et cultiver sa sérénité.

 

 

Sur un banc un instant, et qu'importe le lieu et le temps.

 

Le temps d’un mercredi soir , coupure bienvenue d’un milieu de semaine ;

d’une minute, pour un cliché d’une photo pensée.   

Le temps d’une semaine  

sur un bord de mer ou de fleuve,  d’ici ou d’ailleurs.

Le temps d’un trajet, banquette arrière d'un transport en commun.

 

 

Mais se poser n’est pas « ne rien faire ».

C’est faire autrement en prenant son temps

C’est méditer en admirant une fleur des champs

 

C’est sourire au visage d’un enfant

Tendre une main offrir un sourire

 

C’est lire un roman,  et revenir sur la page,

De la valse des mots  qui en feront l’histoire.

Laisser aller ses pensées entre rêves et réalités

C’est cette œuvre d’art, tableau ou photo

Qui nous fait voyager.

 

C’est aussi écouter les autres, confronter son égo

Sans préjugés  ni juger  préférer partager. (…)

 

 

En toute transparence comme les ailes de la libellule. Ce que j’appelle   honnêteté et que je m’essaye à appliquer avec le plus possible d’humilité. Honnêteté, humilité, les deux mots que je ne dois jamais oublier, clés de mon rétablissement et de cette recherche de sérénité.

 

Voilà encore quelques lignes écrites dans ce petit matin que j’aime.

Les premières de ce premier jour de vacances. Dans les jours à venir, j’écrirais mes notes de vacances sur un autre carnet, manuscrit. J’oublierais un peu ce clavier puis dans quelques temps reviendrais ici en partager quelques pages avec vous.

 

Des pages estivales que je vous souhaite belles, où que vous soyez, sur une route ou un chemin, dans une ville ou un  village, sur une plage ou un rocher, au travail ou en vacances...Devant votre écran peut-être, dans ce que j’ai nommé   « Au pays du Blog ». Et en écrivant cette ligne, j’ai des pensées particulières, Gazelle, Océania, DA…

 

 

Si vous passez par ici, peut-être aurez-vous envie de lire ou relire quelques unes de ces Notes faites de Mots et Photos  que je dépose sur ce Carnet.

Où encore sur  PhotosLP, sur Les Saisons… Les liens sont ci-contre.

Merci de vos passages, de vos commentaires.

Que vous partiez ou non, je vous redis bel été.  

 

 

| Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : pause, libellule, blog, photo, nouvelle vie | 07:47 |  Facebook |  Imprimer |