Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.05.2021

Iris



Iris_P4120164_DxO Copie.jpg


 

« Sur la terre, du bleu la Nature est avare,
Et les poètes sont réduits à le rêver ;
Si le pinceau s'applique à le rendre moins rare,
C'est que vers l'Idéal l'Art tend à s'élever.

Des Zéphirs printaniers docile messagère,
Comme une voile au vent toujours prête à flotter,
La forme de l'Iris, vaporeuse et légère,
Est l'image de l'âme en train de nous quitter. »


Vous trouverez ce poème dans son intégralité en cliquant sur ce lien.
Charles Rouvin "La poésie des fleurs" 1890

La photo elle, est récente, avril 2021

11.12.2020

Le gardeur de troupeaux, Fernando Pessoa

Automne-Photos LP Fallot (3).jpg



J'aime ce poème qui me donne l'envie de publier malgré les problèmes de santé et d'informatique. Et  la  photo me ramène à des temps  heureux .

 

 

Je suis un gardeur de troupeaux,
Mon troupeau, ce sont mes pensées
Et mes pensées sont toutes des sensations.
Je pense avec les yeux et avec les oreilles,
Et avec les mains et avec les pieds,
Et avec le nez et la bouche.

Penser une fleur, c’est la voir et la sentir,
Et manger un fruit c’est en savourer le sens.

C’est pourquoi, par un jour de chaleur,
Si tant de jouissance me rend triste,
Je m’étends de tout mon long dans l’herbe,
Je ferme mes yeux chauds,
Je sens tout mon corps étendu dans la réalité,
Je sais la vérité et je suis heureux.

Fernando Pessoa, Poèmes de Alberto Caeiro du « Gardeur de troupeaux »
Traduction de Dominique Touati, éditions de la Différence