Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.06.2016

Tomates mozza (et lecture)

 

Tomates et mozza-Photo LP Fallot.jpg



Le serveur pose les deux assiettes. Géraldine fixe le contenu avec cet air unique. Que se passe-t-il dans sa tête ? La science gagnerait à trouver la réponse. Elle cligne d’un œil. Je sens venir le commentaire inoubliable, la sentence absolue: 
-  J’ai toujours le même problème avec les tomates-mozzarella.
- Ah  oui, lequel ?
-  Je me demande pourquoi ils ne feraient pas les tomates blanches et la mozzarella rouge. Ça changerait, ce serait moins monotone, tu ne trouves pas ?
-  Bon appétit, Géraldine.
Je ne sais pas pour vous mais, au début de ma vie, il n’y avait que deux sortes de personnes dans mon univers : celles que j’adorais et celles que je détestais. Mes meilleurs amis et mes pires ennemis. Ceux pour qui je suis prête à tout donner et ceux qui peuvent aller crever. Ensuite, on grandit. Entre le noir et le blanc, on découvre le gris. On rencontre ceux qui ne sont pas vraiment des amis mais que l’on aime quand même un peu et ceux que l’on prend pour des proches et qui n’arrêtent pas de vous planter des couteaux dans le dos. Je ne crois pas que la découverte de la nuance soit un renoncement ou un manque d’intégrité.
C’est juste une autre façon de voir la vie.  C’est à cette philosophie que je dois le bonheur sincère de partager ce repas avec cette tarée de Géraldine Dagoin.  Le monde serait plus triste et finalement moins beau sans des gens comme elle.

"Demain j’arrête"  de Gilles Legardinier
Page 190 de l’édition poche chez Pocket


Grand succès de librairie, lauréat de la Plume d'Or de Plume libre, ce livre - sorti il y a déjà quelques années -   était dans ma bibliothèque (merci à ma sœur Joëlle de l'y avoir posé)  et  c’est ma lecture du moment.
Comme le souligne l’article de rtl.fr, Demain j'arrête est  une comédie jubilatoire et  l'humour est une ressource indispensable.
« A ceux qui le taxent d'opportunisme anti-crise et qui pense qu'on ne fait pas de littérature avec des bons sentiments, Gilles Legardinier répond. "Enfoncer la tête des gens dans ce qu'il y a de pire, la réalité s'en charge tous les jours. Mon idée c'est de distraire les gens avec quelque chose qui, sans les prendre pour des niais, les élève un petit peu", explique-t-il. "Je préfère faire vibrer la meilleure part de chacun plutôt que la pire." "L'humour est quelque chose qui, pour moi, est vital", poursuit-il. "C'est une façon de voir la vie, de survivre, de partager, de dire sans être didactique. Je dis toujours à mes enfants de fuir les gens qui n'ont pas d’humour : ils sont au minimum dangereux." ».  

 

Lien : Le site de Gilles Legardinier

Illustration de cette Note: Photo Louis-Paul Fallot, juin 2016

 

03.06.2016

Promenade à Nice



"Chère Méditerranée ! Que ta sagesse latine, si douce à la vie, me fut donc clémente et amicale, et avec quelle indulgence ton vieux regard amusé s’est posé sur mon front d’adolescent ! Je reviens toujours à ton bord, avec les barques qui ramènent le couchant dans leurs filets. J’ai été heureux sur ces galets." 


Romain Gary (La Promesse de l'aube)


romain gary,carine marret,nice,yves gay,texte,photo,livre,édition baie des anges
Photo Louis-Paul Fallot (bas de couverture) livre de Carine Marret
"Romain Gary  Promenade à Nice"

Lire la suite

28.05.2016

La partie de cartes



La partie de cartes-Photo LP Fallot.jpg
Photographie Louis-Paul Fallot, Port du Cros de Cagnes, 2015




- Eh bien quoi? C'est à toi! 

- Je le sais bien. Mais j'hésite… 

- Tu ne vas pas hésiter jusqu'à demain! 

- C'est que la chose est importante! Ils ont trente-deux et nous, combien nous avons? 

- Trente

 - Nous allons en trente-quatre. 

- C'est ce coup-ci que la partie se gagne ou se perd.

 Dialogue "emprunté" à Marcel Pagnol, Extrait de la pièce Marius, acte3

 

13.05.2016

Un superbe numéro de Reporters sans Frontières (Sebastião Salgado)

Sebastião Salgado s’est imposé depuis plus de trente ans comme un artiste engagé, humaniste,
dont le travail minutieux incarne le pouvoir qu’a la photographie de changer notre regard sur le monde.

Irina Bokova, extrait du texte "L’humanisme en noir et blanc" à lire  
dans l'album "100 photos de Sebastião Salgado pour la liberté de la presse ".



Îles Sandwich, 2009 © Sebastião Salgado.jpg
Îles Sandwich, 2009 © Sebastião Salgado
Cette île avec son volcan actif abrite quelques 750 000 couples de manchots à jugulaire.

Lire la suite