Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.02.2017

Autour du temps

 

Voilà le commentaire que j’ai déposé sur le blogue d’Alezandro il y a quelques jours:
Quel beau texte, de ceux que "l'on aimerait avoir écrit" tout en ce disant que l’on n’aurait pas fait aussi bien, aussi juste. A l'occasion et avec ton accord, j'aimerais bien le reproduire sur mon blogue.
Je le remercie d'avoir accepté ma demande. 



Cadran solaire-Photo LP Fallot.jpg
Cadran solaire à Valbonne village, photographie Louis-Paul Fallot, juillet 2016



Les jours de joie.


La culture de l’immédiat a pris le pas sur nos existences en mouvement perpétuel et semble avoir banni pour longtemps, de nos pensées intuitives, la faculté même de nous projeter dans le temps, passé et à venir. Le temps peu à peu s’efface et notre horizon temporel, quant à lui, s’est considérablement rapproché. La vitesse rythme nos vies. Elle est devenue dans notre société un objectif constant de progrès. Toujours plus vite, se dépasser et dépasser les autres. Tel est le challenge affiché ! C’est ainsi que l’essentiel de nos activités, qu’elles soient de loisir ou de travail, est aujourd’hui basé sur l’urgence, la recherche du chemin le plus court et du résultat instantané. L’instantanéité est désormais notre grande affaire, obtenue bien souvent sous une pression qui n’en finit plus d’être inquisitrice, jusqu’au voyeurisme. L’urgence prime sur l’importance et la spontanéité sur la réflexion. C’est ainsi que vivent les hommes désormais. Nous avons inventé la civilisation du « court-termisme » et nous la célébrons tous les jours dans chacun de nos actes. Internet en est le principal vecteur et la génération qui est née avec cette technologie révolutionnaire ne peut admettre l’attente, habituée qu’elle est par l’instantanéité et la multiplication des réponses que lui propose la Toile suite à son clic inquisiteur.

Alors, par la force impalpable des choses, nous nous retrouvons emmêlés dans cet air du temps pressé que l'on a souvent bien du mal à respirer. Nous avons beau faire appel à notre mémoire quelque peu dévaluée et laissée en jachère, on ne retrouve plus facilement ces effluves d'une époque passée, qui semble, d’ores et déjà, faire partie de notre préhistoire. Mais se doit-on obligatoirement de les retrouver ces effluves pour la plupart surannés? Nous avons bâti toutes et tous des châteaux en Espagne ou ailleurs, épousé des chimères et des rêves en devenir. Nous avons connu aussi des jours de joie et construit de petites réussites personnelles ou collectives et de tout cela nous avons pleine conscience. Ce soir, sur cette place délavée par la pluie froide d’un hiver persistant (1) , les bruits de la nuit me ramènent sans compter à ces jours de joie, ces jours passés. Discrets, je sais qu'ils sont là. Ils sont ma force, mon refuge et ma ressource. Ils me visitent à leurs heures particulières et je m’appuie sur eux pour mieux imprimer ma marque sur ce temps dévastateur qui souhaiterait m’engloutir. Il faut s’empresser de vivre à son rythme tout en raillant l’air du temps sur le grand air de la fugacité !

Alezandro


(1) Voir la photo et le texte d’origine sur le blogue d’Alezandro:
"Dieu fournit le vent, à l'homme de hisser la voile." Saison II

 

16.01.2017

L'hiver il fait froid… et l'été il fait chaud… quelle nouveauté !


Ce n'est pas la saison qui tue le pauvre, c'est l'inhumanité de notre société.


Hiver_Photo LP Fallot.jpg

 



Oui l'hiver il fait froid… et l'été il fait chaud… quelle nouveauté ! (1)

Comme nous sommes devenus de plus en plus démunis et assistés, il nous faut des règlements et des décisions publiques pour gérer notre manque de bon sens.
Et oui quand il fait chaud toutes les créatures vivantes savent qu'il faut se mettre à l'ombre et quand il fait froid se mettre à l'abri.
Mais nous il faut qu'on nous le dise…
Il y a du verglas… zut ! Ça glisse…!
Il y a tellement d'associations de toutes sortes qui se créent pour pouvoir se donner bonne conscience (voire même s'ériger en maître de conscience) et même défendre toutes les victimes et les causes du monde, qu'on pourrait créer une association des victimes du temps (bon ou mauvais) et qui pourrait porter plainte contre… le temps !
Nous sommes devenus une société de ramollis vivant sous assistance mentale totale. S'il n'y avait pas la télé pour nous dire qu'on peut s'enrhumer dans les courants d'air où irions-nous?
A vivre sans péril… on ne vit plus…
Et pendant ce temps là des gens s'entretuent, des réfugiés se noient, des pauvres meurent de faim et d'indifférence.
Certains politiques même, s'aperçoivent qu'il y a des sdf, oui, dehors, dans la rue… Mon bon monsieur… dans nos rues…. Et alors tout d'un coup il faut se pencher sur leurs souffrances.
Comme si on les avait attendus pour le faire. Comme si on avait besoin de leurs appels pour donner à manger, pour réconforter, pour couvrir et pour abriter … Ça fait bien longtemps que nous le faisons, et chaque jour…. Encore faudrait-il qu'ils viennent voir et qu'ils s'y intéressent en dehors des temps d'émotion programmée.
Ce n'est pas la saison qui tue le pauvre, c'est l'inhumanité de notre société.
Si l'on arrêtait de faire du sentimentalisme sirupeux, pour faire de l'entraide solidaire ? Réelle et efficace. Qu'il fasse chaud ou froid.
"La charité est la caresse miséricordieuse du Seigneur" disait le pape François dans son discours aux Caritas.
Alors prenons le temps d'être chacun là où nous sommes, la caresse du Seigneur pour celui ou celle qui a besoin. Sans tambour ni trompette mais durablement et efficacement.

Père Gil Florini

Curé de Saint Pierre d'Arène

 

(1) Merci au Père Gil Florini de m’ autoriser à reproduire ici son texte publié à l’origine sur les réseaux sociaux le 12 janvier 2017.  "Si l'on arrêtait de faire du sentimentalisme sirupeux, pour faire de l'entraide solidaire ? Réelle et efficace. Qu'il fasse chaud ou froid"  écrit-il dans ce texte. Je voudrais ajouter que ce prêtre est à l’origine d’actions concrètes de solidarité! Comme celle de la création d’un restaurant solidaire à Nice, dans le sous-sol de l’église St Pierre d’Arènes  - dont il est le curé - où, non seulement on mange très bien pour 11 euros (3 plats) mais qu’une partie de cette somme finance le repas de personnes démunies qui peuvent venir déjeuner anonymement au milieu des autres clients. 
"Ici, des bénévoles assurent le service. En cuisine, un ancien chef d'un hôtel quatre étoiles concocte le menu en jonglant entre les fournisseurs et les dons de la grande distribution. Sous ses ordres, huit commis en réinsertion professionnelle" peut lire sur le site francetvinfo.
"
Le but est vraiment que les gens se mélangent au niveau du travail, au niveau du service et au niveau de la table", assure le curé de l'église Saint Pierre d'Arène, Gil Florini sur ce même site.

 

15.12.2016

"Cagnes-sur-Mer", un poème de Jacques Prévert



"Danse jeunesse de Cagnes-sur-Mer
danse jeunesse de tous les pays
et sans en excepter un seul
promise à la tuerie
danse danse avec la paix"



jacques prévert,cagnes sur mer,poèmes,poésie



Cagnes-Sur-Mer

Cagnes-sur-Mer

Soleil de novembre et déjà de décembre et bientôt de janvier
Fête de la Jeunesse et fête de la Paix
Eaux claires de la lune
dansez sur les galets
Dans les filets du vent
des sardines d'argent
valsent sur l'olivier
et des filles de Renoir
dans les vignes du soir
chantent la vie l'amour
et le vin de l'espoir

Cagnes-sur-Mer

jolie tour de Babel aimée des étrangers
Pierre blanche sur la carte
des pays traversés et jamais oubliés
Danse danse jeunesse
danse danse pour la Paix
danse danse avec elle
sans jamais l'oublier

Elle est si belle si frêle
et toujours menacée
et toujours vivante et toujours condamnée

Les plus savants docteurs du monde occis-mental
disent qu'une fois de plus
elle est encore perdue
enfin
qu'elle n'en a plus pour longtemps
et que la der des nerfs lui a tourné les sangs
Et qu'un vaccin
la guerre
pourrait à l'extrême rigueur
la remettre sur pied
et qu'à titre préventif et obligatoirement
tout le monde comme un seul homme avec femme et enfants
devra se faire piquer à bout portant
providentiellement

Saisonnière horreur
sacrifices humains sacrifices enfantins
souhaités louanges fêtés
Les bourreaux trouvent toujours des aèdes
et en première ligne des journaux aussi bien qu'aux avant-postes de radio
des voix livides intrépides et autorisées
donnent de source sûre
les nouvelles toutes fraîches des tout derniers charniers
et des éleveurs de monuments aux morts
racolent la clientèle pour l'Europe nouvelle

Allô allô ne quittez pas l'écoute
restez sur le qui-vive sans demander qui meurt
et ni pourquoi il meurt
Sa mort c'est notre affaire
c'est l'affaire du Pays
au revers de toutes nos médailles son nom
pieusement sera gravé
comme sur les premières timbales
du gentil nouveau-né
Allô allô ne quittez pas l'écoute
et que personne ne bouge
le drapeau dieu blanc rouge
flotte sur le chantier
que l'Europe nouvelle est en train de vous fabriquer
Allô allô laissez-nous travailler en paix
et bientôt l'Afrance et la Lemagne
amies héréditaires sœurs latines ignorées
trop longtemps divisées mais enfin retrouvées
marqueront le pas de l'oie du vaillant coq gaulois
sous l'Arc de Triomphe
du grand Napoléon trop longtemps oublié
et ranimeront le lance-flammes du héros inconnu
pour la grande revanche des retraites de Russie
Et toujours comme par le passé glorieux et non révolu
Épée sur la terre aux hommes de bonne volonté
Et à ceux qui bassement nous accusent
de nous ne savons quel trafic de piastres et de devises
dans les contrées lointaines de notre empire français illimité
avec le clair regard des rares honnêtes gens
nous répondons très simplement
Voyez nos mains sont pleines
preuve que nous sommes innocents

Danse jeunesse de Cagnes-sur-Mer

danse jeunesse de tous les pays
et sans en excepter un seul
promise à la tuerie
danse danse avec la paix
On lui tire dans le dos
mais elle a les reins solides
quand tu la tiens dans tes bras
Elle est si belle si fragile si frêle
elle est aussi très vieille abîmée détraquée

Danse jeunesse du grand monde ouvrier
et si tu ne veux pas la guerre
Répare la paix.

Jacques Prévert, 1953


La pluie et le beau temps, éditions Gallimard, folio, pages 31 à 34
Photographie Louis-Paul Fallot, port du Cros de Cagnes le 17 novembre 2016