Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.06.2017

Un matin au vieux lavoir



rencontres artistiques,livre,véronique pépin,lavoir,haut de cagnes,édition baie des anges




"Je regarde aujourd’hui ces images sur papier, un cadrage, une certaine lumière. Je suis ici à regarder et une partie de moi retrouve un état, celui qui se trame et sursaute, la mémoire du corps, la mémoire d’un geste à venir, une géographie intérieure confondue au paysage. Des silences, des absences, des temps suspendus, des actions physiques et tendues. Être en conscience affûtée, à distance et en accord totale. L’acte de création est un acte responsable à l’âme. Être à nue, être à vue. Partager l’intime est un mystère. Que peut voir l’œil derrière un appareil? Faire acte de présence, dans un silence attentif aux particules subtiles de l’air, de la lumière, d’une respiration. Louis-Paul, léger et profond, s’est accordé à ces instants fragiles, laissant toute la place à l’indicible, au fragile. Il c’est ouvert entre nous un arrière pays, un territoire commun traversé de navires et de brumes pâles. Dans ce lavoir du Haut de Cagnes, ce jour-là, les petites pierres des navires ont rejoins les dolmens, les fils se sont tendus entre l’océan et la méditerranée, deux équilibristes sur le bord de la pierre... et un soleil éclatant. Merci Louis- Paul!"
Véronique Pépin le 1er juin 2017



Véronique est l'une des artistes de mon livre "Rencontres Artistiques".  A la parution de ce dernier, elle m’a écrit ce texte (ci-dessus) et l’a déposé en page de commentaires de ma Note dédiée sur ce blogue. Je lui ai de suite répondu :   « Merci Véronique pour ce texte, tout en cette poésie qui te caractérise. Je mettrais mieux en valeur tes mots dans quelques jours et sur ce blogue.»
Ce que je fais aujourd’hui en y ajoutant l’une des photos du livre, prise au vieux lavoir du Haut  de Cagnes par un matin ensoleillé d’octobre ;  un matin pour toucher au sensible, au fragile et, regarder la pierre, un matin paisible qui rassure sur la beauté du monde.  ai-je écrit dans mon livre en page 23. (*)


(*) Rencontres Artistiques de Louis-Paul Fallot   
Collection Carte Blanche & Noire, maison d’édition Baie des Anges 
 ISBN 978-2-37640-005-9


Illustration: Véronique Pépin au vieux lavoir du Haut de Cagnes
Extrait du livre "Rencontres Artistiques"
Photographie Louis-Paul Fallot © édition Baie des Anges


24.05.2017

Retourner à la mer (un texte de Paule Constant)


Le thème de l’édition 2017 du Festival du Livre de Nice  est  "La Méditerranée" .  Paule Constant et Dany Laferrière en assurent la co-présidence. Et comme  chaque année, le blogue du Festival du Livre de Nice présente  les auteurs, rendez-vous  et manifestations qui  se succèdent trois jours durant.  A l'heure des derniers préparatifs et en attendant début juin, voici le très beau texte  de Paule Constant, de l’académie Goncourt.

A l'aube au Cros_Photo LP Fallot.jpg
Pêcheur dans la baie de Cagnes, photographie Louis-Paul Fallot, 2017



Retourner à la mer

"La Méditerranée est née en Grèce dans le cœur des dieux de l’Olympe. Ils l’ont voulue bleue comme le ciel pour y conduire dans un même envol leurs amours, leurs combats et les grandes fêtes de la paix. Europe à la robe blanche nous a offert cet azur pour faire naître dans notre âme d’enfant la joie d’apercevoir dans la transparence de l’eau les pétales dansant d’une anémone, un oursin délicat sur ses pointes, une étoile de mer qui d’un bras indolent invente une arabesque. Gardons précieusement nos premiers matins du monde, cette plage de Sfax où nous allions au trot d’une calèche, celle de Sousse couverte de tapis rouges, l’anse de Boulouris bordée d’orangers où j’ai appris à nager. L’eau chaude d’une fin d’été à Pampelonne où nous nous sommes embrassés, le retour d’un bateau de pêche dans l’aube dorée de Cagnes, la nuit d’argent de Porquerolles. Et les lumières de la baie de Nice comme « un grand collier de perles » dont notre institutrice nous découvrit la puissance de la métaphore qui pousse à la littérature ! Quelle qu’ait été notre histoire, quels que peuvent être les tempêtes, quels que soient les naufrages, retournons à la mer. "

Paule Constant, de l’académie Goncourt

17.04.2017

L'heure est à l'heure

 

Rameaux sur Pointu_Photo LP Fallot.jpg

 

Merci à mon ami Claudio, vous pourrez lire l’intégralité de son texte "Le jour de clarté" sur le blogue Singulier Pluriel. J'ai choisi cet extrait:

 

"C'est le printemps à tout âge, sortie de tunnel et coquelicots, balles neuves et page blanche. Promesse d'éternité et certitude d'absolu. L'heure est à l'heure. Les tuteurs d'amitié balisant le chemin tortueux restent en mémoire et on sait à qui l'on doit d'être là pour goûter la joie. Les ténèbres sont remisées, elles en toucheront d'autres qu'il faudra seconder comme un retour, un rendu, une gratitude. On sauvera des vies car on a sauvé la nôtre, souvent sans le savoir.
Pouvoir dire le bien comme on a dit la douleur. L'expression peut sembler plus puérile face aux récits des tréfonds du sombre. Tant pis. Le soleil se lève de nouveau, il convient de le dire, de le peindre, en couleurs, en clarté. C'est le jour de clarté. Son partage est un devoir."



Illustration : Pointu au port du Cros de Cagnes, 14 avril 2017 à 10h25 
Photographie Louis-Paul Fallot