Le Café ‘Ino (M Train de Patti Smith) (05.11.2017)

M Train (*) débute au 'Ino, le petit bar de Greenwich Village où elle va chaque matin boire son café noir, méditer sur le monde tel qu'il est ou tel qu'il fut, et écrire dans son carnet. 

 

cafeino_patty smith.jpg
Café 'Ino, Bedford Street, 2013
Photographie © Patti Smith
Sources et liens :
Site de Patti Smith
Site de Robert Miller Gallery,
Patti Smith "Eighteen Stations" 

 

Le Café ‘Ino 

QUATRE VENTILATEURS tournent au plafond.
Le Café ‘Ino est vide, à l’exception du cuisinier mexicain et d’un gamin prénommé Zak, qui m’apporte ma commande habituelle, un toast de pain complet, un ramequin d’huile d’olive et du café noir. Je me replie dans mon coin, sans enlever ni mon manteau ni mon bonnet. Il est neuf heures du matin. Bedford Street, la ville s’éveille. Ma table, flanquée de la machine à café et de la baie vitrée qui donne sur la rue, m’offre un sentiment d’intimité, je peux me retirer dans mon monde.
En cette fin novembre, le petit café paraît glacial. Alors pourquoi les ventilateurs tournent-ils ? Peut-être que si je les fixe suffisamment longtemps du regard, mon esprit se mettra lui aussi à tournoyer.
Ce n’est pas si facile d’écrire sur rien.

Extrait de la page 15,
M Train de  Patti Smith,  traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Richard, Gallimard

 


patti smith,m train,livre,photo,café 'ino(*) M Train, Patti Smith
Patti Smith a qualifié ce livre de « carte de mon existence ». En dix-huit « stations », elle nous entraîne dans un voyage qui traverse le paysage de ses aspirations et de son inspiration, par le prisme des cafés et autres lieux qu'elle a visités de par le globe.
M Train débute au 'Ino, le petit bar de Greenwich Village où elle va chaque matin boire son café noir, méditer sur le monde tel qu'il est ou tel qu'il fut, et écrire dans son carnet.
En passant par la Caza Azul de Frida Kahlo dans la banlieue de Mexico, par les tombes de Genet, Rimbaud, Mishima, ou encore par un bungalow délabré en bord de mer, à New York, qu'elle a acheté juste avant le passage dévastateur de l'ouragan Sandy, Patti Smith nous propose un itinéraire flottant au cœur de ses références (on croise Murakami, Blake, Bolaño, Sebald, Burroughs.) et des événements de sa vie.
Écrit dans une prose fluide et subtile qui oscille entre rêve et réalité, passé et présent, évocations de son engagement artistique et de la perte tragique de son mari - le guitariste Fred « Sonic » Smith -, M Train est une réflexion sur le deuil et l'espoir, le passage du temps et le souvenir, la création, les séries policières, la littérature, le café. Après Glaneurs de rêves, Patti Smith nous propose un nouveau livre inclassable, profondément sensible et sincère, illustré par les photographies en noir et blanc qu'elle prend depuis toujours, et qui confirme qu'elle est l'une des artistes actuelles les plus singulières et indépendantes…"
(Extrait du texte de présentation en rabat de la page de couverture.)

 

| Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : patti smith, m train, livre, photo, café 'ino | 00:07 |  Facebook |  Imprimer |