Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.10.2013

Désirs (Texte choisi pour un mercredi)

 Désirs (*)

 

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence. Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dites doucement et clairement votre vérité; et écoutez les autres, même le simple d'esprit et l'ignorant; ils ont eux aussi leur histoire. Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l'esprit. Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux. Il y a toujours plus grands et plus petits que vous. Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressés à votre carrière, si modeste soit-elle; c'est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps. Soyez prudent dans vos affaires; car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe ; plusieurs individus recherchent les grands idéaux ; et partout la vie est remplie d'héroïsme. Soyez vous-même. Surtout n'affectez pas l'amitié. Non plus ne soyez cynique en amour, car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l'herbe. Prenez avec bonté le conseil des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d'esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude. Au-delà d'une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l'univers, pas moins que les arbres et les étoiles; vous avez le droit d'être ici. Et qu'il vous soit clair ou non, l'univers se déroule sans doute comme il le devrait. Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de Lui, et quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme. Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Prenez attention. Tâchez d'être heureux.

Désirs, anonyme (Baltimore 1692)

 

 

(*) A propos de ce texte :

Il existe de nombreuses versions de ce texte rédigé en langue anglaise et de sa  traduction, la plupart se terminant –comme celle que je vous propose-  par « Texte trouvé dans une église de Baltimore en 1692. Auteur inconnu. ». Sous le  titre « Desiderata »,  d’autres sites nous indiquent qu’il s’agit d’un texte de Max Ehrmann écrit en 1927.

 

06.11.2012

Dis, c’est comment l’automne ?

 Lecture ou re lecture:

Un texte déjà publié en 2011, photographies de cet automne 2012.

Annot (à gauche) et Cagnes sur Mer

Automne-PhotosLP Fallot.jpg

C’est comment l’automne ?

Cela dépend du temps et du lieu évidemment…

Il y a les années grisailles dés la fin de l’été.

Celles où ce dernier perdure et que l’on dit indien;

quand le bleu vole un peu

de sa suprématie aux ocres de l’automne.

Il y a l’automne parisien et celui de la Saint-Martin,

celui des bords de mer et plus haut, des chemins,

des villes et des villages. Au temps de la Toussaint,

quand les tombes fleurissent et le souvenir s’aiguise.

L’automne est nostalgie quand le jour diminue ;

les lumières s’allument, la nuit s’installe à l’heure du goûter.

Quand dans son tourbillon, les feuilles farandolent,

elles tapissent les trottoirs d’une craquelante aux couleurs caramel…

L’automne est jour de peine quand les éléments se déchainent,

la nature rappelle que sur terre, l’homme est locataire.

Son arrogance a un prix qu’il doit un jour payer !

L’automne est un passage,  un moment de mouvance

où l’incertain domine,  attise la peur du lendemain.

L’automne est douce lumière d’un astre rasant et les ombres

dessinent nos sentiments du moment présent, d’une interrogation…