Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.10.2013

Pause automnale



pause,automne,blogue

Durant cette pause, je vous propose une sélection de quelques Notes que vous prendrez je l’espère plaisir à lire ou  à relire en cette saison automnale.

 

Un automne comme un printemps

Ton sur ton

Dis, c’est comment l’automne ?

De la difficulté de saisir un sportif dans un flot de marathoniens

Une Feuille m’a dit… 

Ces quelques minutes...

Les jumelles 

Riviera, côté Italia

 

Les commentaires sont ouverts sur ces liens.
Je vous dis à bientôt et vous remercie de vos passages, de vos mots déposés, de votre fidélité.

 

Publié dans Blog | Lien permanent | Tags : pause, automne, blogue | 05:57 |  Facebook |  Imprimer |

25.10.2013

Un automne comme un printemps

 

Vésubie en automne-PhotosLP Fallot.jpg

Un automne comme un printemps

 

On a tout dit sur l’automne…ou presque.
Tout écrit aussi.
Avec de belles pages signées Hugo ou Lamartine,
Apollinaire ou Verhaeren,
Prévert bien sûr.
On a tout photographié sur l’automne,
des feuilles tombantes aux lacs dormants,
des jaunes pastels  aux ocres  flamboyants…
Il y aurait même comme une lassitude à voir 
tant de clichés s’étaler sur nos écrans;
mais n’en est-il pas ainsi et aussi du printemps ?
Et pourtant.
Il suffit d’un paysage d’octobre pour que s’opère la séduction.
La nature ne fait pas à la légère pour nous plaire.
Alors ?
L’automne est-il tristesse, nostalgie ?
Où  bien féérie et poésie ?  
L’automne est inspirant c’est sûr, tout autant que le printemps.
On a tout dit sur l’automne, ou presque…

 

 

Montage et photographies Louis-Paul Fallot
La Vésubie, le 24 octobre 2013

 

19.10.2013

Un délicieux moment sur le temps

la grande librairie,france 5,jean d'ormesson,hubert reeves,françois busnel,le temps,l

C’est l’un des moments que j’ai  particulièrement "savouré" lors de cette  Grande Librairie sur France 5. Celui où il est question du Temps. 



Photographie © Jean-Philippe BALTEL

Hubert Reeves écoute l’académicien, très bavard comme à son habitude. Il hoche légèrement la tête de haut en bas, (si vous voulez savoir ce qu’est l’écoute de l’autre, regardez ce visage !) Puis il évoque le livre de Jean d’Ormesson : « J'ai beaucoup aimé quelque chose dans votre livre, vos passages sur le temps, quelque chose que je n'ai jamais vu ailleurs. Il y a une réflexion sur ce qu'est le temps. ».
Merci,  répond en souriant  l’académicien. « Mon éditeur m'a dit que mon livre était épatant et que le temps est illisible. J'ai tenu le coup. Je tenais à cette histoire du temps qui est un mystère stupéfiant ! »

Le temps ?

« Nous sommes pris dans ce temps. Et nous ne savons pas en parler »  dit Hubert Reeves. Mais une chose me parait sûre,  il passe trop vite quand quelque chose est passionnant et ce fut le cas ce jeudi.  Que cette heure me parut courte.
« Il y avait encore du feu dans la cheminée et nous étions bien installés autour de l’âtre pour écouter encore longtemps ces deux grands-pères si jeunes d’esprit » ai-je écrit en remerciements sur le site de la Grande Librairie . 
« Merci à eux et merci également au maître des lieux. »
Grâce au progrès technologique, nous pouvons sinon remonter le temps, du moins prendre plaisir à  (re) voir  une émission, toute ou  des passages comme ce partage savoureux :

-François Busnel : en lisant le livre de Jean d’Ormesson,  j'ai été saisi par ces pages sur le temps. Je vais trouver la réponse à ses questions dans le livre d’Hubert Reeves… 
-Hubert Reeves : Aujourd'hui, la science dit quelle est l'origine du temps... On n'en sait rien. Aucune théorie présente, ni la théorie de la réactivité ni d'autres, ne peuvent vous répondre. Le point de vue adopté par le scientifique, c'est que le temps a été créé en même temps que la matière d'espace. C'est un choix conventionnel. On n'a pas de preuve. La question que pose Saint-Augustin : qu'est-ce que Dieu faisait avant la création du monde ? Et la réponse qu'il refusait : Dieu créait l'enfer pour ceux qui allaient poser cette question !
Et un plus tard,  à la question de François Busnel : Quand on ne peut rien dire sur le temps, notre place dans le monde, et que nous ressentons l'usure du temps qui passe et la mélancolie du temps qui fût … qu'est-ce qu'on fait ?
Jean d’Ormesson de répondre : Un grand savant allemand disait : "ce dont on ne peut pas parler, il faut le taire." Je pense qu'il faut en parler quand même.  

Le mot de la fin ? De ce billet oui mais  prenez du bon temps avec les deux liens que je vous propose. J
’ai essayé d’être le plus fidèle possible dans les extraits que je reproduis ici. Mais je vous invite à voir (revoir) l’émission sur le site humanité-biodiversité.fr  ou  celui de La Grande Librairie avec la présentation des deux livres :

"Un jour je m'en irai sans avoir tout dit" de Jean d'Ormesson

"Là où croît le péril... croît aussi ce qui sauve" d'Hubert Reeves