Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08.02.2011

Pour survivre (Andrée Chedid)

 

andrée chedid,printemps des poètes,au coeur du coeur

 

 

Pour survivre   

Tu auras pour survivre
Des collines de tendresse
Les barques d’un ailleurs
Le delta de l’amour

Tu auras pour survivre
Le soleil d’une paume
Le tirant d’une parole
L’eau du jour à jour

Tu dresseras      pour survivre
Des brasiers       des terrasses
Tu nommeras la feuille
Qui anime le rocher

Tu chanteras les hommes
Transpercés du même souffle
Qui accomplissent leur songe
Face à l’éclat mortel!

Andrée Chedid

 

andrée chedid,printemps des poètes,au coeur du coeur

 

 

Au cœur du cœur, recueil de poèmes choisis et préfacés  par Matthieu Chedid et Jean-Pierre Siméon, Librio Poésie)
A propos de ce livre, en  mars 2010, Marine de Tilly écrivait dans Lepoint.fr (…) Andrée Chedid reprend tous ses thèmes de prédilection : la mort, la violence et l'exil, et surtout l'espérance et la liberté. Empreint d'une douce humanité et de la sérénité du sage, ce recueil est un joyau, un hymne à la vie. 

Andrée Chedid s’est éteinte juste avant une nouvelle édition du  Printemps des poètes.
Il nous reste ses mots.

 

Lien: Ma Note de mars 2010. L'espérance

 

andrée chedid,printemps des poètes,au coeur du coeur

 

 

Illustrations: Baie de St Tropez, février 2011
Photos Louis-Paul Fallot

 

03.02.2011

Profession actrice

 

profession-reporter-1975-03-g.jpg  

Source de l’image: tout le ciné.com

 

C’est déjà le cas dans les médias « officielles », Maria Schneider est associé à un  seul film  et c’est dommage, bien que Le dernier tango à Paris  soit un très beau film. Car c’était une superbe actrice et puis  elle était « la fille » à côté de Jack Nicholson dans l’un des 5 films que j’amènerais sur  une ile déserte : Le magnifique film d’Antonioni : Profession reporter.

 

 

Le film, qui réunit deux stars en pleine ascension (Nicholson sort de Chinatown et Maria Schneider du Dernier tango à Paris), intercale quelques images réelles dans un récit qui mêle habilement la réalité et la fiction pour raconter une fois de plus chez Antonioni une histoire de recherche d’identité.

 Source : CinéCritiques