Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.08.2012

Au pied du Roc Castel

Aux portes du Larzac, à 752 m d’altitude et juste avant le viaduc de Millau, halte dans le village Le Caylar. Nous délaissons l’immense aire d’autoroute voisine pour un pique-nique au pied du Roc Castel, un site habité dès le néolithique.

carnet de voyage été 2012,le caylar,arbre,michel chevray,sculpture

 

Dès l’âge de la pierre...

 

Dès l’âge de la pierre, l'Homme s’est réfugié dans le site défensif du Roc Castel, pourvu d’une source et d’abris sous roches. Romains et Wisigoths, seigneurs et évêques s’y sont succédé, fortifiant le sommet. Après les guerres de religion, Richelieu fit raser le château. Avec la paix revenue, le village qui s’abritait à ses pieds s’installe le long de la voie royale n° 9, importante artère de communication, qui compte de nombreux relais et affenages.

(Source hauts-cantons.com/caylar)

 

 

carnet de voyage été 2012,le caylar,arbre,michel chevray,sculpture

 

 

La sculpture de Michel Chevray - artiste d’origine bretonne  vivant dans l’Héraut– est étonnante.

Dans les années 1980, l’orme de la place centrale fût comme la plupart des ormes de France , atteint par la graphiose.

Bientôt ce ne fût plus qu’un arbre mort, triste et laide carcasse condamnée à être arraché. Jusqu’au jour de 1987 où la magie d’un sculpteur lui a redonné une seconde vie.  

 

 

carnet de voyage été 2012,le caylar,arbre,michel chevray,sculpture

 

 

« Face à l'arbre mort, l'esprit de l'homme ne prend pas le pouvoir. On ne lui impose pas notre point de vue. Il faut rester silencieux. C'est là que tout se passe. On peut alors l'approcher, lui enlever l'écorce. » (Michel Chevray cité dans l'article de La Dépêche L'homme qui sculpte les arbres).

 

Série Carnet de voyage été 2012

PhotosLP Fallot, Le Caylar

 

12.07.2012

Halte à Puget-Théniers

 

 Halte à Puget-PhotosLP (4).jpg

 

Sur la route de Méailles, nous faisons souvent halte à Puget-Théniers, à la frontière entre les Alpes-Maritimes et les Alpes de Haute-Provence. Je vous ai déjà raconté ce temps que nous aimons prendre sur la route de Haute-Provence. Oui, nous aimons flâner, nous arrêter, prendre le temps de l’instant présent. Et en cherchant bien sur ce Carnet, vous retrouverez d’autres photos commentées prises en cette ville natale d’Auguste Blanqui et qui est aussi le siège de l’association qui chaque été fait revivre la loco à vapeur jusqu’à Annot.

 

Ce samedi là, une halte et  une expo.  

 

 

Halte à Puget-PhotosLP (1).jpg

 

Halte à Puget donc, le temps parfois d’un repas, d’autres fois d’un morceau de pizza ou tout simplement d’un caoua pris à la terrasse face à la Fontaine dont l’eau  semble chanter à l’unisson de la Roudoule qui à quelques mètres s’en va se jeter dans le Var.

 

Halte à Puget-PhotosLP (2).jpg

 

Nous aimons aussi faire quelques pas ensuite avant de reprendre la route et cette fois, ils  nous mènent vers une expo dans  la vieille ville et la rue de l’Abbé Papon près du four communal magnifiquement restauré. 

 

 

puget-théniers,haute-provence,philippe taillard,expo

  

 Philippe Taillard  prend le temps de nous raconter la genèse de chacune de ses œuvres qu’il expose ici   jusqu’à la mi-juillet (il sera ensuite à Entrevaux).  Avant tout un amoureux de la nature, au cours de ses pérégrinations son œil saisi le mouvement de la branche morte de l’arbre éternel. Alors, il en fait émerger, doucement, tendrement, la force de vie, celle qui fait se redresser les hommes qui marchent pour prendre part au combat de la vie. Extrait de son  blogue  TAILLARD Sculpture).

 

Expo des sculptures de Philippe Taillard  à Puget-Théniers.jpg

 

 

Voilà, il est temps de reprendre la route après  un dernier regard  sur la place vers  la statue de Maillol "l'Action enchaînée", hommage à l’enfant du pays  Auguste Blanqui, celui qui créa en 1880 (clin d’œil à mon ami Alain) le journal Ni Dieu ni maître.  

Et en face dans son hangar, la vieille loco à vapeur se prépare sans doute elle aussi au voyage, celui qui mène vers Annot, son vieux pont romain, ses joueurs de boules et ce quotidien posé sur la table du café du commerce et qui titre Le repos c’est maintenant 

 

Nota: J'ai consulté quelques anciennes Notes avec plaisir en rédigeant ce billet. Vous les retrouverez en cliquant sur les LIENS. J'ai aussi cherché des photos notamment de la statue de Maillol et ce que je craignais s'est vérifié:  "Quel bazar" (comme dirait Arno) dans mes dossiers photos!!! Alors, le repos sera aussi de faire un peu de classement dans toutes ces images...

 

 ,

Halte à Puget-PhotosLP (3).jpg

PhotosLP Fallot,

 Puget-Théniers le 7 juillet 2012