Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : rêves

Rêves

 

Les hommes ne peuvent être réellement libres que dans leurs rêves. 

Le Cercle des poètes disparus de Peter Weir.

 

J'ai rêvé cette  série thématique ... et vous la propose en trois notes.
Les commentaires peuvent être déposés  suite à la dernière note.
Merci de votre passage et à bientôt.



Symbolisme du rêve

Rêves éveillés

Laisse aller tes rêves

 

Lire la suite

03.10.2007 | Lien permanent

Des rêves et des pensées

 

Nuages et ciel-PhotoLP Fallot.JPG

C’était cette semaine dans l’émission La Grande Librairie. L’animateur de l’émission, François Busnel nous invitait à la découverte des nouveaux quartiers de New York  et à la rencontre avec cinq écrivains : Parmi eux,  Patti Smith dont "Glaneurs de rêves"  vient de paraître en France aux éditions Gallimard. Et, dans son studio d’écriture situé dans le quartier populaire du Queens, elle nous offrit ce beau cadeau en récitant People Have the Power   

Je rêvais, dans ma rêverie d’une idée radieuse et juste. Et mon sommeil fut brisé, mais mon rêve, lui, a perduré… 

   

 

 J’ai acheté "Glaneurs de rêves" dès sa sortie en librairie. "Dans ce récit autobiographique bref et lumineux, Patti Smith, qui a été distinguée par le National Book Award, revient sur les moments les plus précieux de son enfance, les convoquant avec un réalisme saisissant qui confine au fantastique.(…)" peut-on lire en 4ème de couverture de ce livre  "dont l’écriture a été achevée le jour du quarante-cinquième anniversaire de Patti Smith, dans le Michigan et qui a été initialement publié aux États-Unis sous la forme d’un mince volume. Vingt ans plus tard, le texte est réédité et paraît enfin en France dans une version augmentée, complétée de fragments inédits et accompagnée de nouvelles photographies et illustrations."

Je vous en livre quelques extraits. Je les ai choisis en pensant à  mon enfance, à notre enfance –frère et sœurs-,  à ma famille. Et à ma sœur, partie en cette fin novembre d’il y a trois ans déjà;  elle aurait bien aimé je pense entendre Patty Smith réciter People Have the Power.


Glaneurs de rêves-Couv.JPG
"C’est tout cela qui forme le nuage. Et c’est ainsi que le ciel ressemble à l’opéra humain. La promenade turbulente. Il attire l’œil paresseux. Il apaise les cœurs las en un jeu de mouvements qui annoncent la simplicité."
(Quadrille, page 33)

"Tu lèves les yeux, les nuages se forment et se reforment.

Ils ressemblent – à un embryon, un ami défunt qui repose à l’horizontale. Ou à un bras immense, charitable comme un printemps, qui sur ordre soulèvera ce sac de lin et tout ce qu’il contient, ne serait-ce que l’âme d’une idée – la couleur de l’eau, le poids d’une colline." (Art céleste, page 72)

"J’ai fouillé les nuages en quête d’augures, de réponses. Ils se mouvaient à toute vitesse, trame délicate, en forme de dôme. Le visage de l’art, de profil. Le visage du déni, béni." (Un adieu, page 97)

 

 

 

Lire la suite

Rêves éveillés

 

cce6db0623542aac1724a055edb3d8f4.jpg
PhotosLP - 2007
20033a007db3f4487a13b00bc5ddca8e.jpg

Lire la suite

03.10.2007 | Lien permanent

Laisse aller tes rêves

 
 
7247940b8fa5f0942dd21cf412cd037f.jpg
Photographie Louis-Paul Fallot 
 
  
 
Laisse aller tes rêves 
 
 
Laisse aller tes rêves
Moments éphémères
 
Regarde ces racines
Imagine des figurines
 
Spectacle de marionnettes ?
Opéra, opérettes ?
 
C’est la nature qui joue
Ce spectacle pour nous.
 
 
 
 

Lire la suite

Rêves poétiques à Paimboeuf

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (1).JPG
La Loire à Paimboeuf, photographies Louis-Paul Fallot, 2014



Le quai, la jetée, le phare ou encore la  cale du grand  fer à cheval  nous rappellent  le passé prestigieux de Paimboeuf, du temps où St Nazaire n’était qu’un village de pêcheurs ! C’était   l’avant-port de Nantes   et n’est-ce pas ici,  à Paimboeuf, qu’un gamin nommé Jules Verne,   rêvant d’océan et d’horizons lointains  fut "rattrapé" par son père alors qu'il s'était embarqué clandestinement, à Nantes, à bord d'un voilier transatlantique ? 

 

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (5).JPG

 

Et  en exergue du site Internet  de la ville de Paimboeuf, une citation du grand poète  andalou  Rafael Alberti   Il est des portes sur la mer que l'on ouvre avec des mots. 

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (4).JPG

D’une maison d’artiste à la façade changeante  aux poèmes des enfants flottant dans un  "jardin étoilé",   il sera beaucoup question de poésie et d’horizon lointain en ce bel après-midi de fin juillet.

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (6).JPG

 

Des récits de Loire et d’ailleurs   tout au  long du fleuve  dont j’ai voulu partager quelques unes de mes photographies dans cette série. Une  Note fleuve pour un estuaire   qui  m’ entraine à chaque mise en page vers  d’autres découvertes, des histoires, des arts, des paysages...  Ce que j'aime dans les voyages, c'est l'étonnement du retour  écrivait Stendhal.

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (2).JPG

 

Il me faut faire une pause dans ces récits sur l’Estuaire ; je les reprendrais  en alternance avec d’autres billets et pour que mes lecteurs s’y retrouvent, je garderais lors de leur parution la référence à cette « Note fleuve pour un estuaire ».  Mais je suis heureux de cette série, même inachevée.  J’avais eu  l’an passé la même envie au  retour d’un autre  séjour breton. Mais ma priorité était à l’époque mon livre, un  projet passionnant mais qui me demanda beaucoup de temps et d’énergie.

  

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (3).JPG

 

J’ai aussi envie de vous emmener vers d’autres rivages et d’autres terres.  Alternance donc entre cette série et d’autres billets, et toujours dans cet esprit d'un  "mode été", ….à bientôt.  

carnet de vacances été 2014,bretagne,estuaire,paimboeuf,jardin étoilé,dominique leroy,une note fleuve pour un estuaire,photographies,n&b


Estuaire de La Loire à Paimboeuf

Photographies Louis-Paul Fallot, 2014

Lire la suite

Où vont vos (nos) rêves ?

"Où vont nos rêves ? " C’est le thème de l’édition 2014 du Festival du livre de Mouans-Sartoux qui vient de se terminer. J’ai voulu poursuivre un peu cette thématique en posant cette question ce week-end  à quelques uns de mes ami(e)s  des blogues; voici leurs réponses.   

Si vous le souhaitez, poursuivez ce billet en écrivant quelques mots  à votre tour  ci-dessous en page de commentaires.

Où vont nos rêves? Où vont vos rêves...

Où vont nos rêves-PhotosLP Fallot.jpg
Légende de la photo : Sculpture de papier de Véronique Champollion sur un stand du Festival de livre de Mouans-Sartoux

   Photographie Louis-Paul Fallot

 

 

Nos rêves vont dans notre cœur. La nuit, ils se faufilent dans nos corps, irriguent le cerveau, les yeux, les oreilles, la trachée, le ventre, nous chatouillent les narines, les orteils et les doigts. Ils remontent ensuite et au matin nous attendent avec le sourire.

Didier

Mes rêves ne vont nulle part, ils naissent dans mon corps, grandissent dans ma tête et meurent parfois quelque part, dans la région du cœur...

Tiphaine

Nos rêves vont et viennent. Ils naissent la nuit, le jour et nous appartiennent. Nos rêves sont une autre manière d'être à la vie, une sorte de porte de sortie...

Hélène

Mes rêves ne vont pas, ils viennent. De l'hier, du trop plein. Ils font vidange. Ils font "reset", table rase et balles neuves. Mes rêves ne sont pas, ils étaient, du verbe étayer, mes désirs du lever, mes ambitions vivantes. Mes rêves ne font pas, ils passent, moribonds déjà. Ils laissent la place.

Claudio

Mes rêves sont des clichés anonymes du jour, développés en chambre noir, mais sans fixateur. Si je venais à les exposer au grand jour, ils disparaîtraient. Parfois, j'en sors un, bien caché sous mon manteau et oh miracle! Il est là, fugace image qui à la lumière du jour s'étiole pour disparaître en laissant cette odeur de révélation.... Chez moi, un tas de pages blanches ornent mon mur : ce sont mes rêves au grand jour... La nuit les a retenus... Moi non.

Barbara

Mes rêves ne vont nulle part. Ils restent bien au chaud en moi. Certains, quand ils ont prêts après une longue incubation et réalisables, sortent parfois pour devenir aussitôt projet (Rêves réalisés : Découvrir l’ouest américain de la californie au wyoming en van, aller au cercle polaire arctique et prendre un bain dans la banquise l’hiver en combinaison de survie, avoir une maison au bord de l’atlantique). En fin de mûrissement : survoler la baie des sables en avion.. Rêve collectif non réalisé : la paix dans le monde

Martine

 
Et le mot de...la non fin par LP...

Mon rêve à un nom : Utopie, avec une majuscule, merci.
« Une affaire d'aube, de lève-tôt ou de rêveurs éveillés », écrit Attali
Et mon rêve se partage quand écrivent ici mes amis.

 

 

Lire la suite

Les couleurs des rêves d’enfance


Théatre de Guignol-Photo LP Fallot.jpgLe Théatre de Guignol à Cagnes sur Mer, Place De Gaulle le 19 juillet 2013
Photographie Louis-Paul Fallot


En bas de chez soi, ville ou village, forcément pas loin, il y a une place. Sur les lieux de vacances aussi. Des lieux qui s’animent le temps d’un marché, d’un concert, d’un festival…


Théatre de Guignol-PhotosLP Fallot.jpgMais il y a aussi ces spectacles  organisés par l’une de ces  troupes de passage qui sillonnent  les routes de France. Leur venue est annoncée par ces panneaux qui soudain habillent  poteaux et arbres, toujours de couleurs vives  où le rouge domine.  Ils sont gens de cirques ou marionnettistes et je ne vous parle pas ici des grandes compagnies mais de cette multitude de petites  troupes itinérantes mais qui font vivre  les grands rêves d’enfance. Hier matin, en sortant de chez moi, je suis tombé sur l’une d’entres elle qui finissait d’installer son décor : C’est à minima : un camion, un décor en façade, quelques chaises; intrigués par mon appareil photo, je leur ai expliqué que je prenais des photos pour ma série d’été.
Nous avons bavardé, sympathisé et évoqué des lieux, j’ai cité ceux de mon enfance bretonne…
Hier soir, je me suis de nouveau arrêté sur cette place, ils étaient déjà partis vers une autre place, celle du village du Cros ce samedi, à Vence le 23 juillet, et ainsi de suite pour eux dans le sud de la France .


Vous en rencontrerez d'autres tout au long de l'été,  d’Alsace en Provence, du Lyonnais en Aquitaine, de Normandie d'Ile de Beauté en Bretagne... dans toutes les régions, de ces voyageurs que l’on nomme aussi gens du voyage. Ce sont des artistes qui transportent des  histoires et alimentent nos imaginaires. Des histoires qui deviennent souvenirs une fois que l’on est grand mais  qui ne demandent qu’à ressurgir durant l’un de ces instants d’été quand sur la place se met en place le décor de nos rêves d’enfance.  

Lire la suite

Bords de rêves (avec Edward Hooper)

 

Edward Hoper-Rooms by  the sea.jpgComme à chaque retour, il me faut passer un moment  à regarder la mer .  Mais sans doute suis-je encore - et pour longtemps-  imprégné mentalement des œuvres vues au Grand Palais.

Et si le sujet d’Edward Hopper n’était pas cela, l’Amérique, mais la lumière ? Pas la lumière d’Amérique, la lumière tout court  écrit Renaud Legrand dans la revue AD Magazine.

 

 

 

Rooms by the sea, Edward Hoper, 1951

 Huile sur toile  74X102 - The Yale University Art Gallery, New Haven

 

 Et que la lumière était belle ce lundi dans le dépouillement d’une plage en automne.

 

Bord de mer-PhotosLP Fallot.jpg

Promenade de la Mer, Cagnes le 15 octobre 2012 - Photo Louis-Paul Fallot

 

Lire la suite

Un instant

ca164836fc14a231265b0a41ec21d045.jpg
« Pour une note à qui Voudra regarder et aimer L'émotion devenue cliché » Extrait de Poème sur pixels Un instant, laissons aller nos rêves. Bonne et heureuse année. A bientôt. Louis-Paul

Lire la suite

La mer et l’âme

 

La mer et l'âme_Photo LP Fallot.jpg



J’ai trouvé ces phrases de Carl Gustav Jung tellement belles - et décrivant si bien un ressenti personnel - mais je n’aime pas extraire de leur contexte des citations sans en préciser les sources d’origine. Je les publie donc en indiquant qu’il s’agit d’un extrait des lettres de C.G Jung à son épouse Emma lors de son voyage aux U.S.A en 1909 sur le paquebot Kaiser Wilhelm der Grosse. Elles sont publiées en appendice du livre  "Ma vie"  Souvenirs, rêves et pensées.


"Comme toujours, la mer est d’une grandeur et d’une simplicité cosmiques qui imposent le silence. (…) Chacun regarde au loin, muet, renonçant à toute puissance personnelle tandis que, nombreuses, de vieilles paroles, de vieilles images traversent l’esprit. (…) La mer est comme la musique ; elle porte en elle et effleure tous les rêves de l’âme. La beauté et la grandeur de la mer viennent de ce qu'elle nous contraint à descendre dans les fécondes profondeurs de notre âme où nous nous confrontons avec nous-mêmes, nous recréant... "
C.G. Jung


Source : extrait d’une lettre de Jung, 22 septembre 1909

Appendice du livre  "Ma vie" Souvenirs, rêves et pensées, Poche Folio, pages 417/418


Illustration : La mer à Cagnes sur Mer, photographie Louis-Paul Fallot, janvier 2018

Lire la suite

Page : 1 2 3 4 5 6