Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25.08.2012

La maladie

 

…C’était en 1998, au Stade vélodrome à Marseille.

 

C’était le début  pour moi des années d’extrêmes souffrances ;  les siennes viendraient plus tard. Puis ce fût pour moi, puis pour lui les moments d’espoir et  ceux du programme de rétablissement.

Mais pour certains, c’est quand l’on commence à sortir d’une maladie qu’une autre arrive ou se réveille. Connu ou pas du grand public , cela ne change rien au cancer. Il frappe sans se soucier des  statuts dans la société, des couleurs de peau, d'âge ou de  sexe.  

 

C’était il y bientôt un an pour mon amie, c’était jeudi pour lui. Le temps ne change rien à la tristesse. Elle avait 45 ans, il en avait 48.  C’est jeune pour mourir.

 

…C’était le vendredi 12 juin, tribune nord-jaune ;  la France menait 2 à 0 contre l’Afrique du Sud pour son 1er match du mondial.  Je l’avais trouvé vraiment sympa. A un moment, devant moi, il avait lâché une phrase du genre « je le sens le 3ème but, il va venir ! ».

 

patricia,jean-luc,maladie

21.09.2011

Juste aujourd'hui

  St Jeanne d'Arc-Nice-PhotosLP (2).jpg

 

C’était le jour de l’an. Nous étions allés voir le soleil levant sur la Méditerranée. Puis nous nous étions préparés pour accueillir Patricia, qui passa la journée avec nous. Ce fût une belle journée, sa fatigue fût supportable, elle mangea avec appétit, et en soirée, nous nous régalâmes   de visionner une scène culte d’un vieux film italien.

J’ai  visionné mentalement ce jour-là  plein de fois ces derniers jours, avant dimanche. Bien sûr, il y eu d’autres moments  et d’autres lieux. Le couloir interminable de cet hôpital spécialisé dans cette maladie dont le nom est encore si difficile à prononcer pour beaucoup et qui se nomme cancer.  La maison de repos avec son grand parc près du Temple de l’Amour et le Cros quand elle avait la force de venir. Ces   partages  où elle donnait tant malgré sa voix faible ; sa pensée positive et de ses messages d’espoir.  Cette séance photo où elle aimait poser, rayonnante, souriante, belle.

Patricia est partie ce dimanche et les siens proches ont bien raison d’écrire dans le « Carnet » du quotidien régional qu’elle s’est battue jusqu’au bout avec toute l’énergie de ses 45 ans, mais que la maladie a quand même eu raison de son courage.

St Jeanne d'Arc-Nice-PhotosLP.jpg 

Il y a à Nice une colline avec un clocher blanc qui s’élance vers le ciel. Je ne savais pas que j’entrerais un jour dans cette église mais je sais qu’il n’y a pas de hasard. La  photo  illustre une de  ces Notes que j’écris en septembre et qui évoquent  des anniversaires de nouvelle vie. Des bougies qui donnent espoir et que nous devions partager l’an passé. 

Ma Note évoquait  ce dépliant jaune aux  messages universels, ces recettes de vie qui ne sont pas réservées aux seuls dépendants : « RIEN QU’AUJOURD’HUI

Il y a dans chaque semaine deux jours pour lesquels on ne devrait pas se tracasser... L'un de ces jours est "HIER" avec ses erreurs et ses soucis, ses fautes et ses bévues, ses maux et ses peines. HIER s'échappe à jamais de nos mains. L'autre jour, c'est "DEMAIN", avec ses fardeaux, ses larges espérances et ses pauvres accomplissements. Il ne reste qu'un jour : "AUJOURD'HUI". Tout homme peut livrer les combats d'un seul jour... Ce ne sont pas les épreuves d'un seul jour qui rendent les hommes fous, c'est le remords ou la rancoeur d'un incident qui est arrivé HIER et la crainte de ce que DEMAIN peut apporter....

VIVONS DONC UN SEUL JOUR A LA FOIS. JUSTE AUJOURD'HUI. »

Ces mots résonneront fort cet après-midi en l’église St Jeanne d’Arc. Puis Patricia prendra la  route pour son dernier voyage. Là où  elle a  voulu se rendre cet été, sur un bout de côte de Vendée qu’elle nous a si bien raconté. Mais l’âme est voyageuse et elle sera toujours là aussi dans les cœurs de ses amis de Nice et du Cros, de Rennes et de Paris, d’ici et de maintenant.

 

Publié dans Nouvelle Vie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : patricia | 00:10 |  Facebook |  Imprimer |