Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.03.2018

Les "Rythmes" d’Andrée Chedid

Chaque année, le Printemps des Poètes décerne le "Prix Andrée Chedid du Poème chanté" dont ce sera la 10ème édition. Pour fêter cet anniversaire, une sélection de textes met à l'honneur les mots d'Andrée Chedid. Avec trois poèmes de Rythmes qui sont proposés à l’occasion de la publication de ce recueil dans la collection Poésie/Gallimard. La préface est signée de Jean-Pierre Siméon.

"À part" est l’un de ces trois poèmes que publie le Printemps des Poètes; il vient s’ajouter sur ce blogue aux poèmes et textes d’Andrée Chedid que j’aime publier régulièrement.  



Ciel_P2040004_LP Fallot.jpg



À part

À part le temps
Et ses rouages
À part la terre
En éruptions
À part le ciel
Pétrisseur de nuages
À part l’ennemi
Qui génère l’ennemi

À part le désamour
Qui ronge l’illusion
À part la durée
Qui moisit nos visages

À part les fléaux
À part la tyrannie
À part l’ombre et le crime
Nos batailles nos outrages

Je te célèbre ô Vie
Entre cavités et songes
Intervalle convoité
Entre le vide et le rien

Andrée Chedid
Rythmes, poésie/Gallimard

 

Illustration : Ciel, photographie Louis-Paul Fallot, février 2018

18.03.2015

Credo (Un poème de Jean-Pierre Siméon)

Ce poème est extrait de la programmation 2015 du Printemps des Poètes qui a pour thème  "L'Insurrection poétique".   Jean-Pierre Siméon en est le directeur artistique:
Fait de langue, la poésie est aussi, et peut-être d'abord, « une manière d'être, d'habiter, de s'habiter » comme le disait Georges Perros.
Parole levée, vent debout ou chant intérieur, elle manifeste dans la cité une objection radicale et obstinée à tout ce qui diminue l'homme, elle oppose aux vains prestiges du paraître, de l'avoir et du pouvoir, le voeu d'une vie intense et insoumise. Elle est une insurrection de la conscience contre tout ce qui enjoint, simplifie, limite et décourage. Même rebelle, son principe, disait Julien Gracq, est le « sentiment du oui ». Elle invite à prendre feu.  Extrait du site  Printemps des Poètes.
 

printemps des poètes,l'insurrection poétique,jean-pierre siméon
Lever de soleil sur le Port du Cros de Cagnes
Photographie Louis-Paul Fallot, mars 2015

 

Credo

 

Je crois en ceux qui marchent
à pas nus
face à la nuit

Je crois en ceux qui doutent
et face à leur doute
marchent

Je crois en la beauté oui
parce qu’elle me vient des autres

Je crois au soleil au poisson
à la feuille qui tremble
et puis meurt
en elle je crois encore
après sa mort

je crois en celui
qui n’a pas de patrie
que dans le chant des hommes

et je crois qu’on aime la vie
comme on lutte
à bras le corps

Jean-Pierre Siméon, Sans frontières fixes, éd. Cheyne