Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.12.2020

Le gardeur de troupeaux, Fernando Pessoa

Automne-Photos LP Fallot (3).jpg



J'aime ce poème qui me donne l'envie de publier malgré les problèmes de santé et d'informatique. Et  la  photo me ramène à des temps  heureux .

 

 

Je suis un gardeur de troupeaux,
Mon troupeau, ce sont mes pensées
Et mes pensées sont toutes des sensations.
Je pense avec les yeux et avec les oreilles,
Et avec les mains et avec les pieds,
Et avec le nez et la bouche.

Penser une fleur, c’est la voir et la sentir,
Et manger un fruit c’est en savourer le sens.

C’est pourquoi, par un jour de chaleur,
Si tant de jouissance me rend triste,
Je m’étends de tout mon long dans l’herbe,
Je ferme mes yeux chauds,
Je sens tout mon corps étendu dans la réalité,
Je sais la vérité et je suis heureux.

Fernando Pessoa, Poèmes de Alberto Caeiro du « Gardeur de troupeaux »
Traduction de Dominique Touati, éditions de la Différence



10.11.2018

"Il était une feuille" , un poème de Robert Desnos




Il était une feuille avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de cœur
Il était une branche au bout de la feuille
Ligne fourchue signe de vie
Signe de chance
Signe de cœur
Il était un arbre au bout de la branche
Un arbre digne de vie
Digne de chance
Digne de cœur
Cœur gravé, percé, transpercé,

 

La feuille_Desnos.jpg


Un arbre que nul jamais ne vit.
Il était des racines au bout de l'arbre
Racines vignes de vie.
Vignes de chance
Vignes de cœur
Au bout des racines il était la terre
La terre tout court
La terre toute ronde
La terre toute seule au travers du ciel
La terre.

Robert Desnos

  

"Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie".
Voir « Poèmes et biographie » de Robert DESNOS sur le site "Un jour Un Poème" et un autre poème de Robert Desnos sur ce blogue. 

 

Illustration: Feuille d'automne, 2018, photo Louis-Paul Fallot


04.03.2018

Les "Rythmes" d’Andrée Chedid

Chaque année, le Printemps des Poètes décerne le "Prix Andrée Chedid du Poème chanté" dont ce sera la 10ème édition. Pour fêter cet anniversaire, une sélection de textes met à l'honneur les mots d'Andrée Chedid. Avec trois poèmes de Rythmes qui sont proposés à l’occasion de la publication de ce recueil dans la collection Poésie/Gallimard. La préface est signée de Jean-Pierre Siméon.

"À part" est l’un de ces trois poèmes que publie le Printemps des Poètes; il vient s’ajouter sur ce blogue aux poèmes et textes d’Andrée Chedid que j’aime publier régulièrement.  



Ciel_P2040004_LP Fallot.jpg



À part

À part le temps
Et ses rouages
À part la terre
En éruptions
À part le ciel
Pétrisseur de nuages
À part l’ennemi
Qui génère l’ennemi

À part le désamour
Qui ronge l’illusion
À part la durée
Qui moisit nos visages

À part les fléaux
À part la tyrannie
À part l’ombre et le crime
Nos batailles nos outrages

Je te célèbre ô Vie
Entre cavités et songes
Intervalle convoité
Entre le vide et le rien

Andrée Chedid
Rythmes, poésie/Gallimard

 

Illustration : Ciel, photographie Louis-Paul Fallot, février 2018