Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21.02.2018

Un jour sur le Cours Saleya


Les fleurs sont les premières gouttes de pluie de l’éternel.
Christian Bobin

 

cours saleya,fleurs,pluie,christian bobin,cath,mimosa,livres




Il pleut et c’est jour de bataille de fleur, la première de l’édition 2018 du Carnaval de Nice.
Le Cours Saleya et ses restaurants se sont vidés de tous les touristes - aux panchos de pluie style Happy Days in Paris - qui se sont pressés du côté des billetteries, laissant le marché des fruits et légumes du matin aux mains des jets puissants qui nettoient le cours et dont l’eau vient se mêler à celle de la pluie. La pluie qui s’arrête mais le cours reste désert; le spectacle est ailleurs du côté de la Place Masséna.
C’est jour de bataille de fleurs mais je préfère regarder celles du marché aux fleurs. Ici comme au corso, c’est le temps du mimosa et je pense à L’homme-joie de Bobin: Je ne peux pas te parler du mimosa puisque tu n’es plus là. Mais le mimosa, lui, me parle très bien de toi : tout ce qui est délicat a traversé le pays des morts avant de nous atteindre.

C’est jour de bataille de fleur et je suis loin du monde des touristes et du carnaval.
Un pigeon se promène et semble lui aussi apprécier la quiétude toute provisoire du lieu. "J'aime observer et photographier les pigeons"...ai-je écrit et je me souviens d’une Note illustrée de leurs photos. Mots d’amour en était le titre avec plein de belles citations dans la note et aussi dans les commentaires.  L’écriture doit venir nous chercher où nous sommes, nous sortir de la tombe de nos vies, faire revenir dans nos veines le sang vieil or de l’amour a aussi écrit Christian Bobin.

 

Les citations de Christian Bobin:  Les deux premières sont extraites de "L’homme-joie" et la dernière de "Un bruit de balançoire", éditions L’Iconoclaste.

La Note Mots d’amour à lire sur ce blogue


Illustration : marché aux fleurs du Cours Saleya à Nice, le 17 février 2018, photo Louis-Paul Fallot

Commentaires

Bonsoir Louis-Paul, ah !! si tu cites l'écrivain Christian Bobin
que j'adore (notamment "le très bas" ) qui sait à merveille trouver les mots justes pour décrire les petites péripéties et les merveilles du quotidien comme l’odeur subtil et envoûtante du mimosa.

Écrit par : Jerry OX | 21.02.2018

Connaissant l'endroit, je peux t'imaginer.
je lis cette nostalgie que je comprends. Sous cette pluie, dans ce silence et dans ces mots murmurés tout juste écrits entre deux lignes je te lis.
le printemps n'est plus très loin. Surtout chez nous. Il apaise tellement.
je t'embrasse.
Et puis oui, je suis de retour dans ce petit monde. Je m'y sens au final bien mieux et plus anonyme.
A très bientôt

Barbara

Écrit par : Barbara | 23.02.2018

La pluie a depuis toujours engendrée la poésie, belle note et belle photo. Merci de cette association.Petite note de mélancolie, douce et savoureuse. J'aime.

Écrit par : Robert de Nice | 24.02.2018

Même par temps de pluie, la grâce et le charme sont présents dans la photo et le désir de poétiser la vie! Un bien beau texte aussi!

Écrit par : alezandro | 25.02.2018

Joli texte et jolie photo, merci pour le tout.

Écrit par : Solange | 25.02.2018

J'aime cette citation sur le mimosa que tu as choisie...C'est vrai que les fleurs nous parlent... par les souvenirs à elle associés, mais aussi par leurs parfums et leur promesse de beaux jours (surtout quand il pleut). Je t'embrasse Louis-Paul

Écrit par : eva | 26.02.2018

"Mots d’amour "quelle jolie page ! plaisir à la relire !
j'aime cette place , belles couleurs ! merci pour ce beau texte !

Et la "bataille de fleurs" gamine j'étais venue....souvenirs !

Louis- Paul, je t'embrasse

Écrit par : noelle | 01.03.2018

C'est comme si j'y étais ...

Écrit par : Ariaga | 02.03.2018

Un petit coucou, j'apprécie toujours ton blogue. je viens de le parcourir. Bonne continuation.
Amitiés. Baieta. Robert

Écrit par : Robert | 12.04.2018

Écrire un commentaire