Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24.10.2017

Pour nous deux

 

cath

 

Si je publiais un texte, il commencerait par ses mots Je suis allé marcher sur la plage et j’ai ramené trois coquillages, un galet comme ceux que l’on peut trouver en Méditerranée et sur la dune j’ai cueilli une petite fleur ovale cotonneuse que je nomme « mimi », et que tu aimes tant. Et ma Note aurait pour titre Pour nous deux.
Le reste est trop intime pour être publié ici, il est écrit dans mes pensées mais je te l’ai raconté en marchant sur la plage car tu étais à mes côtés là où tu es par le langage du cœur et celui de l’amour. 

 

Merci à mes lecteurs de comprendre que je ne souhaite pas de commentaires
à ce billet très personnel.

Photographie: Quimiac, octobre 2017

  

Publié dans Mots et photos | Lien permanent | Tags : cath, quimiac, plage | 22:46 |  Facebook |  Imprimer |

13.08.2015

De la page à la plage

 

Lire à la plage-PhotosLP Fallot.JPG
Lire à la plage mais quoi et comment?
Photographie Louis-Paul Fallot, été 2015


« Pas si facile, de lire sur la plage. Allongé sur le dos, c’est presque impossible. Le soleil éblouit, il faut tenir à bout de bras le livre au-dessus de son visage. C’est bon quelques minutes, et puis on se retourne. Sur le côté, appuyé sur le coude, la main posée contre la tempe, l’autre main tenant le livre ouvert et tournant les pages, c’est assez inconfortable aussi… »

Voilà pour la version des "plaisirs minuscules"  de Philippe Delerm. Plus récent,  l’enquête publiée sur le blogue du voyage en ligne Opodo sur les comportements de lecture des européens pendant l'été. On y apprend que c’est à la plage que 46% des européens aiment  lire en été. Mais aussi que 75% des lecteurs préfèrent la version papier à celle dite digitale.

Moi j’aime bien lire à la plage mais des revues ou bien un livre au format poche. Celui de l’illustration de ce billet, nous dirons qu’il est là pour la photo.  L’essai d’un "pavé" sur les galets ne fut pas satisfaisant et pour tout vous dire, c’est le genre de bouquin où vous devez avoir un dictionnaire pas loin… Pas évident à moins de concilier le livre en version papier et  le Littré (ou autre dico) numérisé !

L’autre problème "majeur" du livre à la plage reste de le ramener en bon état à la maison. Le papier d’imprimerie n’apprécie pas la serviette humide et chargée de sel marin. Le sac offert par le libraire du coin à l’achat du livre sera beaucoup plus utile que le carton de livraison d’un achat en ligne pour préserver l’ouvrage dans le panier de plage.    

Enfin, saluons les initiatives qui permettent de trouver son plaisir de lire sur la plage même. Ainsi  le département de la Seine-Maritime qui installe depuis 10 ans ses cabanes Lire à la Plage, de vraies mini-bibliothèques avec une sélection d’ouvrages pour tous choisi par la médiathèque. Ou encore à Nice avec les Cabanes bleues sur 3 plages  et un accueil du public assuré par le personnel des bibliothèques municipales de la ville.