Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.10.2012

Les trois vies de la revue (version 2012)

 

En premier, la feuilleter, la reposer, la reprendre …
Se dire que ce n’est pas raisonnable ou craquer ?
Attendre, oui c’est cela, on verra demain.
En deux, elle est là, elle devient lecture et voyage du salon à la chambre.
Mais déjà, elle a un peu perdu de son intérêt, du moins elle n’est plus seule.
Elle devient objet, son salut est de reprendre le voyage.
Dans le bus, à la pause repas, cette fin de semaine, pour sûr quand
« J’aurais le temps »…
Et puis, elle se fait oublier, vient se poser sur une pile, s’empile.
Mais son histoire ne finira pas dans le bac vert marqué « journaux ».
Son vrai jour de gloire va arriver, dans un mois, dans un an.
C’était où déjà cet article, cette photo ? Oui, mais quel titre, la date ?
Sous quelle pile ?
Revenir après les « fouilles » avec le bel objet à la couverture en papier glacé, le pied !
Vous aurez compris que j’ai du mal à les jeter et c’est d’ailleurs pour cela que,
dans mes librairies préférées, je feuillette, je repose, je me dis que…

 

Piles de revues-PhotosLP Fallot.jpg

 

 Au dessus de l'illustration,  une Note écrite et publiée sur le blogue Terra Philia le 30 octobre 2010  avec cette même illustration. Est-elle toujours d’actualité? Oui et non. J'ai plus de temps pour  classer, trier et  jeter (difficilement).  Mais je garde aussi et  parfois, j’ai une belle surprise et  je me plonge avec délice dans une « relecture » ou bien m’attarde sur un cliché.  Regardez bien la revue du haut de la pile sur la photo,  je suis bien heureux de l’avoir conservé ce numéro! 

 

LIEN: Lettre à Monsieur Willy Ronis

 

28.10.2012

Un temps péri

 

Note dédiée, ils avaient vingt ans…

 

Un temps péri-PhotosLP Fallot.jpg

 

 

Rose, eût-il fallu te laisser dehors,
chère exquise ?
Que fait une rose là où le sort
sur nous s’épuise ?

Point de retour. Te voici
qui partages
avec nous, éperdue, cette vie, cette vie
qui n’est pas de ton âge.

 

Rainer Maria Rilke - Recueil "Les roses"