Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.06.2016

Quand l’Art tisse son fil

Cet été, la poupée de chiffons de Marianne Lotroïcq va quitter Nantes pour prendre ses vacances à St Malo de Guersac ! Elle y rejoindra les œuvres de huit autres artistes pour l’exposition Du fil à retordre. Cette deuxième exposition d’une association au concept rare et original se déroulera durant tout le mois de juillet en Brière, sur l’Ile d’Errand (Commune de St Malo de Guersac). Retour sur l'histoire de cette association et de son actualité.


art,artistes,association,association lflp 2015,exposition,ile d'errand,st malo de guersac
La Poupée de Marianne LetroÏcq , photo LP Fallot

 

A l’origine de cette association, deux passionnés d’Art Plastique fréquentant les lieux d’exposition.   Nous avons à ce jour rencontré de nombreux artistes que nous avons envie de soutenir, pour leur esthétique bien sur, mais aussi pour les idées qu'ils véhiculent à travers leurs œuvres.  explique Laurence, sa présidente.  Nous avons pu nous rendre compte qu'il existe un véritable fossé entre les quelques artistes plébiscités par les pouvoirs publiques pour lesquels le tapis rouge est déroulé à chaque exposition et les autres qui peinent à gagner leur vie et qui doivent de plus en plus souvent payer pour pouvoir montrer leur travail.  Créée en janvier 2015 avec son mari - mon frère Laurent -  l’association compte environ 70 adhérents ; son but est de soutenir le travail d'artistes choisis par les membres actifs de l'association et cela par tous les moyens possibles (organisation d'expositions, conférences, diffusions de films, internet...).  Cette association nous permet d'apporter notre touche personnelle en organisant des expositions en respectant un certain nombres de principes qui nous paraissent essentiels poursuit Laurence.



art,artistes,association,association lflp 2015,exposition,ile d'errand,st malo de guersac
Détail d'une œuvre de Véronique Bécaert, photo Louis-Paul Fallot



Ce rêve a pu se concrétiser lorsque Laurent et Laurence quitte Nantes pour s’installer sur l’île d'Errand, un endroit magnifique au milieu de la Brière et une première exposition est organisée en juillet 2015. « Nous avons continué de vivre dans la maison avec nos enfants en réorganisant les espaces de vie pour libérer l'espace d'exposition et nous avons assuré les visites de l'exposition en alternance, Laurent et moi même. »


art,artistes,association,association lflp 2015,exposition,ile d'errand,st malo de guersac,photo,marianne lotroïcq,véronique bécaert,poupée,fil
Ile d'Errand en Brière, photo Louis-Paul Fallot, février 2013



Pour une première, c’est déjà un beau succès avec 350 visiteurs venus admirer  les œuvres d’Émilie Collet, Marie Auger et Alain Genty. Fidèle à ses principes, l'association n'a  prélevé aucun pourcentage sur les ventes de ces trois artistes. Vous pourrez lire le reportage sur cette exposition - autour de la céramique  - paru dans le quotidien Ouest-France  L'art est chez eux comme à la maison.


C’est le thème du fil qu’ont retenu Laurent et Laurence pour cette 2ème exposition de juillet 2016. L'invité d'honneur sera Jacques Trovic qui prêtera trois œuvres pour l'occasion.
Cet artiste de renommée internationale a notamment exposé au  Musée d’Art Naïf Anatole Jakovsky  dans le cadre de la grande exposition de l’été dernier à Nice "La Promenade, tout simplement".  Les huit artistes - Véronique Bécaert, Cécile Jarsaillon, Marianne Lotroïcq, Marie Auger, Sophie Herniou, Emily Beer, Fabesko, Mona Luison - qui l’entoureront le temps de cette exposition présenterons tous des œuvres créées à partir de fil et de tissus, que cela soit leur mode d'expression habituel ou qu'ils aient inventé de nouvelles techniques pour l'occasion.  

Les photos des œuvres qui  illustrent cette Note ont été prises il y a quelques mois, au tout début de la préparation de l’exposition 2016. J’avais alors réalisé – à la demande de mon frère -  une série de photographies autour des œuvres de Marianne Lotroïcq et de Véronique Bécaert.


art,artistes,association,association lflp 2015,exposition,ile d'errand,st malo de guersac
La poupée de Marianne Lotroïcq lors des prises de vues au Chauffe Marcel à Nantes
Photo Louis-Paul Fallot, décembre 2015



art,artistes,association,association lflp 2015,exposition,ile d'errand,st malo de guersac
Une partie d'une tapisserie de Véronique Bécaert, photo Louis-Paul Fallot, décembre 2015



Certains de ces clichés serviront ensuite à la communication de cet évènement ainsi qu’à la réalisation de l’affiche et du flyer confiée à la section AMACV (Artisanat et Métiers d'Art option Communication Visuelle) du lycée professionnel « Les Trois Rivières » à Pontchâteau.



art,artistes,association,association lflp 2015,exposition,ile d'errand,st malo de guersac
Affiche et flyer (recto/verso) de l’exposition du fil à retordre
Photographie L-P Fallot, graphisme Lilou Renouard Section AMACVPM, T.P.T Les trois Rivières, Ponchâteau
 



L’exposition du fil à retordre, organisée par l’association LFLF- 2015 aura lieu du 1er  au 31 juillet  2016 du mercredi au dimanche de 16 à 20h ou sur rendez-vous; vernissage le samedi 2 juillet à partir de 16h. Le lieu : 56 Ile d’Errand, St Malo de Guersac.

Lien vers la page facebook de l’ Association LFLP - 2015


Pour tout contact sur cette exposition et sur l’association :
Laurence Fallot,  06 18 97 13 63 
Courriel associationlflf2015@gmail.com

 

19.04.2016

Le cas Moya


Vais-je rédiger une Note sur un livre et son auteure ou bien sur celui qui fait l’objet de l’ouvrage ?
Ce sera sans doute un peu des trois en vous présentant "Le Cas Moya",
un livre de Florence Canarelli.  



Les mots ou phrases en italiques sont extraites du livre.



Conférence Cas Moya au CUM-PhotosLP Fallot.jpgLe cas Moya : Conférence par Florence Canarelli  et  Patrick Moya
au Centre Universitaire Méditerranéen à Nice le 2 février 2016
Photographies Louis-Paul Fallot


Depuis ma naissance réelle jusqu'à ma renaissance virtuelle,
tout est dit, décortiqué et analysé comme si j'étais un vrai artiste.
Patrick Moya (extrait de la préface du livre)


Commençons par celle qui, un jour d’octobre 2003, a un « coup de foudre » pour une peinture dans une Galerie niçoise (Jean Ferrero).  L’artiste est là, peignant l’une de ses toiles en direct  dans laquelle figure un petit personnage poétique qui ressemble étrangement à l’artiste.
La voilà fascinée, admirative mais aussi un peu agacée !  Ego énorme, envahissant, ou jeu avec l’Ego, distanciation ? Pourquoi un artiste au talent aussi évident se complaît-il dans l’admiration de lui-même, ou du moins dans la mise en scène perpétuelle de lui-même ? Devant ce fascinant cas de narcissisme assumé et érigé en œuvre d’art…l’auteure se pose de nombreuses questions et trouve avec Moya un sujet d’enquête extrêmement riche et passionnant. Elle ne le quittera plus et publiera trois ans plus tard une première version du Cas Moya  sous-titré « Une psycho-journaliste dans les coulisses de l’Art »
Florence Canarelli a conservé cette  introduction dans la nouvelle version du Cas Moya mais sinon cette biographie est totalement remaniée avec également une  nouvelle maquette, un contenu actualisé et très étoffé  avec  352 pages mêlant textes, documents  et de très nombreuses photos. Je suis d’ailleurs très heureux du choix de 2 d’entres par Florence, chacune en double page.

 

le cas moya,florence canarelli,livre,moya
"Moya chez lui, surveillant son Moya Land virtuel: vu par Louis-Paul Fallot", pages 240/241
et pages 314/315 ci dessous  dans sa villa atelier de Nice

le cas moya,florence canarelli,livre,moya

le cas moya,florence canarelli,livre,moyaLe Cas Moya est un livre coloré, rempli d’images sans toutefois que l’œil ne  fatigue et entre lesquelles chemine le texte de Florence, chapitré par thématiques et qui  nous invite à découvrir  l’univers de  Moya (ou plutôt ses mondes)  son histoire, son évolution artistique mais aussi ses réflexions sur l’art (le créateur et la créature)… Aux textes de l’auteure s’ajoute quatre contributions (facilement identifiables grâce à leurs pages grisées) et signées de Mario Gerosa grand spécialiste des mondes virtuels, Marco Schütz ancien journaliste devenu galeriste, Olivier Marro journaliste indépendant spécialisé dans la culture et Patrick Hubner universitaire agrégé de littérature comparée.  

Pour Florence Canarelli - dans sa présentation de la conférence au CUM sur les réseaux sociaux -  "Le cas Moya s’adresse à ceux qui s’intéressent à la création artistique en général, et ne connaissent pas encore Moya et à ceux qui le connaissent mais se posent des questions sur son parcours « en arborescence ». "
C’est aussi ce que l’on retrouve en quatrième de couverture du livre  où l'on verra que, grâce à son travail en arborescence, Moya garde la plus grande des libertés, ce qui lui permet d'être à la fois classique et baroque, abstrait et figuratif, réel et virtuel, narcisse et généreux, amoureux des spectacles populaires comme le cirque ou le carnaval aussi bien que l'objet d'un catalogue raisonné très sérieux (et très épais) retraçant 40 ans de création.

le cas moya,florence canarelli,livre,moyaUne réflexion personnelle : En lisant ce livre, je me souviens de la gentillesse et de la disponibilité de Patrick qui m’avait non seulement grand ouvert sa villa atelier de Nice (c’était en août 2013, je travaillais sur mon livre Objectif Artistes) mais également permis de voir les nombreuses facettes de son travail artistique et cela dans une totale liberté de prises de vues photographiques. Moya speedé comme un homme d’affaires durant toute la semaine, m’a offert ce samedi-là l’un de ses dimanches qu’évoque Florence Canarelli dans son sous-chapitre  Moya peint le dimanche.   



 

En médaillon: Avec Florence Canarelli et Patrick Moya au Festival du Livre de Nice  en 2015 (photo Michel Bounous) et une photo extraite de mon livre "Objectif Artistes"

le cas moya,florence canarelli,livre,moya
Moya me dédicace le Cas Moya - Photo Louis-Paul Fallot



Alors oui sans doute Moya veut plaire  mais surtout oui, Moya est généreux et il suffit de le rencontrer dans une séance de dédicace pour s’en rendre compte.  

Le livre se termine par une biographie  parmi laquelle l’on trouve d’autres ouvrages sur Moya avec des textes de Florence Canarelli.  Vous trouverez également ci-dessous quelques liens (parmi beaucoup) ainsi qu’une autre Note sur Moya déjà publiée sur ce blogue. 
Le cas Moya de Florence Canarelli  avec une préface de Patrick Moya est édité par la maison d'édition Baie des Anges.

 


Quelques liens:
 
Patrick MOYA, official website
Patrick Moya touriste dans le réel et dans les mondes virtuels, blogue
On the road again, le blogue de Florence Canarelli
Site Internet de la maison d’édition Baie des Anges
Site Internet du Centre Universitaire Méditerranéen (CUM)

Et sur ce blogue, à propos d'un autre livre:
L'art dans le nuage  (Patrick Moya)

14.04.2016

L'Iris (Un poème de Charles Rouvin)

 

L'Iris-Photo Louis-Paul Fallot.jpg



L’IRIS

Près des étangs où la libellule voltige,
Où, dans les soirs d'été, vient se baigner l'oiseau,
On aperçoit l'Iris, qui tremble sur sa tige
Et semble un papillon posé sur un roseau.
 
Du bleu foncé des mers elle reçut l'empreinte,
Prise à l'heure où la nuit noircit l'azur des cieux.
Seule parmi les fleurs elle offre cette teinte,
La plus chère à l'esprit et la plus douce aux yeux.

Sur la terre, du bleu la Nature est avare,
Et les poètes sont réduits à le rêver ;
Si le pinceau s'applique à le rendre moins rare,
C'est que vers l'Idéal l'Art tend à s'élever.

Des Zéphirs printaniers docile messagère,
Comme une voile au vent toujours prête à flotter,
La forme de l'Iris, vaporeuse et légère,
Est l'image de l'âme en train de nous quitter.

Aux rayons du soleil qui brille sur la plage,
Sa transparence émet une lueur dans l'air,
Semblable au feu follet qui court avant l'orage
Et disparait soudain, absorbé dans l'éther.

Charles Rouvin "La poésie des fleurs" 1890



Source : La poésie des fleurs : sonnets / Charles Rouvin Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art
Crédit photo: Louis-Paul Fallot, bord de la Cagne, 13 avril 2016



Un autre poème sur l’iris sur ce blogue:Un poème de Robert Desnos