Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.02.2015

Un livre pour Charlie

La BD est Charlie, © Bernard Swysen, page 163.jpg

Extrait de La BD est Charlie, page 163, - Dessin © Bernard Swysen,



« Ce livre est un recueil de dessins réalisés par des dessinateurs du monde entier en réaction aux attentats survenus à Paris les 7, 8 et 9 janvier 2015.
Il y a 166 auteurs dont un ou plusieurs dessins ont été sélectionnés. »

    L’humour est un coup de poing dans la gueule. 
Cavanna, co-fondateur avec le Professeur Choron de Charlie Hebdo

(Citation en 4ème de couverture) 

 

La BD est Charlie-Couv-PhotosLP Fallot.JPG

Sortie ce jour  en librairie  et vendu 10 euros au profit des familles des victimes des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 : Un  recueil  de dessins regroupés dans un livre « La BD est Charlie »   réalisé  très rapidement grâce à l’initiative du groupe BD du Syndicat-National-de l’Édition et au travail commun des maisons d’édition de bandes dessinée française.

 

« Toutes ont reçu des milliers de dessins », explique l’éditeur grenoblois Jacques Glénat. « C’était un élan de solidarité extraordinaire. On s’est dit que ce serait bien qu’ils soient mis quelque part, à destination du public. »  

 

 

 

  

31.01.2015

Une artiste à St Paul de Vence (Kiki Giuliana)

 

artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes
L'Atelier de Kiki Giuliana à Saint Paul de Vence

Photographie Louis-Paul Fallot

 

Je vous emmène sur les hauteurs de St Paul de Vence...dans un atelier d'artiste.


 

artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes
Kiki Giuliana dans son atelier d'artiste à Saint Paul de Vence
Photographie Louis-Paul Fallot



L’œuvre sera bien là, quelque soit le résultat  lorsque va s’ouvrir la porte du four à céramique. Je ne suis pas prêt d’oublier cette série de  grands "plats rouges recousus" exposés dans l’atelier de mon amie Jacquie au Haut de Cagnes en novembre 2009;  ce fut pour moi un gros coup de cœur et je ne fus pas le seul !

 artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

 

Kiki joue avec la terre, avec les terres. Elle se dit proche de l'idée qu'on se fait d'un alchimiste parce qu'elle est en permanence en recherche, tant pour les oxydes, les cuissons, les formes, tout ce qui lui permet de créer ses pièces uniques  peut-on lire sur le blogue Donner à Voir. (1)


artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes


 Depuis, je suis devenu ami avec Kiki, l’un des premiers artistes inscrits sur un papier qui ne se voulait alors qu’ébauche d’un  projet photographique  et qui est devenu un livre (2)
Kiki est une artiste discrète, vous ne la verrez  que peu sur les réseaux sociaux. Et pour la voir dans son atelier, il  faut aller se perdre dans les collines boisées sur les hauteurs de Saint Paul de Vence.


artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

 

artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes



 "Kiki Giuliana est céramiste, elle vit et travaille à St Paul de Vence peut-on lire dans mon livre "(2) . Elle  sculpte et apprivoise patiemment la terre dans son atelier proche de la Fondation Maeght  où elle a pu jadis y rencontrer de nombreux artistes tels que Miro, Chagall, Tobiasse, Verdet…  Elle a aussi fréquenté à  l’école d’art plastique de Monaco la grande céramiste Daphné Corregan et elle a effectué des stages chez Violette Adjiman . Son travail est reconnu par les collectionneurs au-delà des frontières.


artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

 

artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

 

"Près de 40 artistes  œuvrent à l’intérieur et à l’extérieur des remparts de Saint-Paul de Vence. L’exposition de printemps au Musée de Saint-Paul de Vence  leur est consacrée. Chaque année, deux artistes vont investir les lieux. Ce sera en 2015, la céramiste Kiki Giuliana et l’artiste peintre Laurent Deprez qui présentent leurs dernières créations." (3)


artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

 

J’ai pris les photos qui illustrent cette Note au tout début de l’été 2013. C’était une magnifique journée de juin. La lumière,  filtrée par les grands arbres venait baigner  l’atelier et à travers la fenêtre  magnifier la grande jarre.  Façonnée d'imaginaire, de souffrances et de réparations, suspendue aux quatre angles d'une structure métallique comme aux lois de l'univers, sa "Jarra" nous parle de liberté dans l'enracinement. Chacun peut alors boire à "La Jarra" ce don du partage qui relie chaque fragment, chaque crochet rouillé, chaque reflet de vie, comme la gage d'une expérience unique de communion dans la simplicité.  écrit Corinne Paolini dans un texte sur cette œuvre majeure de Kiki Giuliana. (4)


artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

 

La grande majorité des clichés furent pris en  fin de matinée avant que nous organisions dehors un pique-nique entre amis.

 

artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

Une partie des photos (en noir et blanc)  furent transmises à Michel des éditions Baie des Anges et vous pourrez les voir en pages  22 et 23 de mon livre "Objectif Artistes"  (2) .  Je conservais soigneusement, comme pour les autres artistes les autres photos et c’est avec plaisir que j’en transmis quelques unes  - à la demande de Kiki -  et dont l'une fut choisie pour réaliser affiche et invitation de cette exposition qui se déroulera du lundi 2 février 2015 au samedi 2 mai 2015. (3)

 

 

(1) L'alchimie de Kiki Giuliana  sur le blogue "Donner à Voir"

(2) "Objectif Artistes",  aux éditions Baie des Anges dans la collection Carte Blanche & noire

(3) Source et informations :  Muséé & Office du tourisme de St Paul de Vence

(4) Voir le site d et les œuvres de l’artiste  sur son site kikigiuliana.com
 

 

artiste,kiki giuliana,saint paul de vence,exposition,livre,objectif artistes

 

 

 

 

04.12.2014

La géométrie en rouge de Varini

 

Triangles Varini-PhotosLP Fallot (8).jpg

C’est sur la terrasse de la Villa Arson que je découvris pour la première fois une œuvre de Felice Varini.  Et si l’an passé, j’avais pu voir l’exposition consacré à Felice Varini à Nantes, ce n’est que cet été   que j’ai pu - enfin ! -  voir la suite de Triangles à Saint Nazaire et œuvre du parcours artistique Estuaire depuis 2007.

 


"Le travail de l’artiste franco-suisse Felice Varini, né en 1952, s’inscrit dans le champ de la peinture. Depuis les années 1970, qu’il s’agisse d’espaces fermés ou de paysages urbains, sa peinture se déploie en dehors du tableau, à même les éléments architecturaux en présence. Ici, l’ampleur du paysage et son caractère industriel ont renouvelé sa capacité à explorer et révéler l’espace : l’œuvre, dressée sur 2 km, est la plus grande jamais réalisée par l’artiste. " (1)

Triangles Varini-PhotosLP Fallot (9).jpg

 


L’artiste explique sur son site (2)  - très complet-  sa démarche :


L'espace architectural, et tout ce qui le constitue, est mon terrain d'action. Ces espaces sont et demeurent les supports premiers de ma peinture. J'interviens in situ dans un lieu à chaque fois différent et mon travail évolue en relation avec les espaces que je suis amené à rencontrer.(…) J'appelle point de vue un point de l'espace que je choisis avec précision (…)  Le point de vue va fonctionner comme un point de lecture, c'est-à-dire comme un point de départ possible à l'approche de la peinture et de l'espace. La forme peinte est cohérente quand le spectateur se trouve à cet endroit. Lorsque celui-ci sort du point de vue, le travail rencontre l'espace qui engendre une infinité de points de vue sur la forme. Ce n'est donc pas à travers ce premier point que je vois le travail effectué ; celui-ci se tient dans l'ensemble des points de vue que le spectateur peut avoir sur lui. (…) Je pars d'une situation réelle pour construire ma peinture. Cette réalité n'est jamais altérée, effacée ou modifiée, elle m'intéresse et elle m'attire dans toute sa complexité. Ma pratique est de travailler "ici et maintenant".




Triangles Varini-PhotosLP Fallot (5).jpg




Toujours sur le même site , Bernard Fibicher (3) nous donne un éclairage sur  les trois processus de transformation dont on peut déceler des traces dans les travaux de Varini :

"Le travail d'élaboration favorise la représentation (création d'une situation plastique), la condensation (fusion de plusieurs éléments latents en une seule image manifeste)  et le déplacement (transfert de la charge émotionnelle de son objet réel à un autre objet). »

« Ces derniers nous renvoient finalement toujours à nous mêmes, ils fonctionnent comme des révélateurs par rapport à notre position dans "la réalité" : ils fonctionnent comme des rêves, et "le rêve est le théâtre où le rêveur est a la fois l'acteur, la scène, le souffleur, le régisseur, l'auteur, le public et le critique". (*) "


Triangles Varini-PhotosLP Fallot (3).jpg


Mais quel artiste est Varnini ?
Dans le catalogue de la collection du Centre Pompidou (4), Nadine Pouillon nous explique que

"Felice Varini ne se reconnaît ni comme peintre, même s’il utilise les attributs de la peinture, ni comme sculpteur, bien qu’il travaille avec les réalités de la sculpture, ni comme photographe, même si la photographie est présente chez lui, ni comme architecte, bien qu’il travaille toujours en fonction d’un espace architectural.

Chacune de ses œuvres investit en effet d’abord un lieu et s’y déploie dans ses trois dimensions, invitant le spectateur à déambuler jusqu’à ce qu’il trouve, comme l’explique Varini, le point exact d’où a été réalisée l’œuvre ."

 Triangles Varini-PhotosLP Fallot (6).jpg

 

 

C’est  donc de  la terrasse panoramique  et qui offre un point de vue exceptionnel sur le port et l’estuaire que j’ai pris cette série de photos.

 

Triangles Varini-PhotosLP Fallot (1).jpg

 

 

"À partir d’un point de vue situé sur le toit de la terrasse, Felice Varini matérialise une “ligne” qui embrasse le paysage du port. Telle une partition, les formes disposées successivement sur le haut et le bas de cette ligne scandent le paysage en différentes séquences. L’artiste révèle une forme peinte sur un seul plan, forme qui se détache et se superpose à l’architecture à laquelle elle semble appartenir. Quitter le point de vue revient à faire l’expérience de la troisième dimension et à assister à l’éclatement de la figure. "(1)

 

 

Triangles Varini-PhotosLP Fallot (2).jpg

 

 

Triangles Varini-PhotosLP Fallot (7).jpg

 

 

Triangles Varini-PhotosLP Fallot (10).jpg

 

 

 Photographies Louis-Paul Fallot, St Nazaire, juillet 2014

 

 Triangles Varini-PhotosLP Fallot (4).jpg

 

 

Passionné de l’œuvre de Varini, j’ai consulté de nombreux sites et documents sur l’artiste et son travail.  Parmi eux, ceux qui m’ont permis de réaliser cette Note et dont j’ai regroupé ci-dessous les références avec les liens correspondants:

 

 

(1) Extrait de la présentation  de l'œuvre « Suite de triangles » à Saint-Nazaire sur le site www.estuaire.info/fr

(2) Extrait de « démarche » index du site  varini.org, le site Internet de  Felice Varini

(3) Bernard Fibicher, Extrait de  « Perspectives particulières et lieux communs »

(*)  Carl Gustav Jung, L'âme et la vie, 1963 Paris, p.94. (Note de bas de page n° 13) 

(4) Nadine Pouillon (Extrait du catalogue Collection art contemporain – Centre Pompidou )