Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.11.2014

Une Note (bleue), 5 ans plus tard

 

Pas de « semaine bleue » sans une Note bleue bien sûr.  Quelques idées  sont bien écrites dans un fichier Word à l’état de brouillon mais j’ai vraiment du mal à structurer un texte cohérent, différent aussi de ce que j’ai déjà écrit sur ce blogue.
A la relecture de ce billet-  La Note bleue - publié il y a cinq ans,  je me rends compte qu’il correspond  bien au présent de ce jour. Mais  j’ai aussi  relu les commentaires et  j’ai  aujourd’hui  une perception différente concernant le choix d’une illustration ; elle me parait maintenant évidente.
J’ai par ailleurs lu avec beaucoup d’intérêt le texte du Communiqué de presse publié à l’occasion  de l’exposition récente de cette œuvre - La Vie - au Musée Chagall, un prêt de la Fondation Maeght à l’occasion de son cinquantième anniversaire.


 

La Vie- Marc Chagall-Photo LP Fallot.JPG

La vie, Huile sur toile,1964, 296 x 406 cm, don Marguerite et Aimé Maeght, 1964
Marc CHAGALL - Vitebsk (Russie) 1887 – Saint Paul 1985
Photographie Louis-Paul  Fallot – Octobre 2009 à la Fondation Maeght

 




La Note bleue

 

Que se passe-t-il ? Je n’arrive pas à l’écrire cette Note bleue Pourtant, tout paraît si facile. Et je  l’ai déjà fait vous parlant  d’objets ou de souvenirs En forme de  sortir de souffrance En le rêvant si fort ce bleu jusqu’à appeler ces mots "L’inconscient du bleu"…

J’ai feuilleté mes pages de clichés et y ai vu du bleu  bien sûr Mais aussi plein de couleurs Du rouge du blanc ou de l’orange du noir  du vert et  même du gris

Que se passe-t-il ? J’ai devant l’écran vide et le clavier muet refait l’exercice de laisser aller mes pensées Elles sont devenues multicolores Et tout est devenu évident, c’était le temps !

Pas le temps d’ici ni le temps qui passe Non le temps présent, le temps du résilient Le bleu est devenu ordinaire Mais sans enlever les rêves. Il est devenu quotidien et au petit matin Il suffit de regarder le ciel

Pour voir que le bleu est multiple Il est unique comme chaque jour.  Oui c’est cela j’ai enfin compris,  le bleu reste bleu mais  se mélange aux couleurs de la vie, multiple !

 

Louis-Paul, décembre 2009

 

16.11.2014

Ecritures de lumière (hommage à Lucien Clergue)


Nu zebre-2007 de Lucien Clergue.jpg
© Lucien Clergue  Nu Zebré -  New York 2007

 

 

À Clergue pour ses nus

Du phoque renversé sous l'écume des bagues
Perles et diamants,  (ils nous viennent des vagues)
Je vous orne Sémiramis

En vos jardins
Suspendus voyageur de pylône en pylône
Fûtes-vous (avouez) reine de Babylone
Ou bien morte sans chef en vos vertugadins ?

Vous riez vous criez vous avez tort de rire
Et raison de crier au fond de ces tunnels
D'où les oiseaux bavards comme la poêle à frire
S'échappent vers l'amour des ventres maternels.

Jean Cocteau
1956


 

 

Ce poème de  Jean Cocteau  a  été écrit  en novembre 1956 à Villefranche sur Mer  et est adressé à   Lucien Clergue.   Il fût publié  l’année suivante chez Seghers dans l’ouvrage de poèmes  « Corps mémorable » de Paul Eluard, la couverture était signée de Picasso et  les photos de Lucien Clergue avec  ce poème liminaire de Jean Cocteau 

 

 

Lucien Clergue à Nice en 2013-Photo LP Fallot.JPG

Lucien Clergue à Nice au Festival du Livre en 2013
Photographie Louis-Paul Fallot

 

J’avais  rencontré  Lucien Clergue à PhotoMenton en 2010 où nous avions assisté à sa très belle conférence.  Lucien Clergue avait  tenu à visiter tous les stands des 120 exposants, avec pour chacun un mot particulier. J’avais   évoqué Née de la vague, acheté tout comme mon premier réflex avec les économies de jeune travailleur  dans les années 70. A ma question sur la disponibilité de cet ouvrage mythique il me répond tout simplement qu’il s’en procure parfois comme tout le monde sur un site Internet de vente d’occasion… (Extrait de ma Note "Vagues d'émotion à Menton")

Je l’avais revu l’an passé à Nice où il était "notre voisin"  Place Gautier au Festival du livre et sur les stands des éditeurs régionaux. Il m’avait dédicacé son dernier livre, "Ecritures de lumière" édité par les éditions Melis. Et dans lequel vous pourrez lire ce poème.

La photo  de haut de page est extraite de la série "Nus zebrés" que vous pourrez retrouver sur le site Internet d’Anne Clergue, sa fille.

 

04.09.2014

Rêves poétiques à Paimboeuf

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (1).JPG
La Loire à Paimboeuf, photographies Louis-Paul Fallot, 2014



Le quai, la jetée, le phare ou encore la  cale du grand  fer à cheval  nous rappellent  le passé prestigieux de Paimboeuf, du temps où St Nazaire n’était qu’un village de pêcheurs ! C’était   l’avant-port de Nantes   et n’est-ce pas ici,  à Paimboeuf, qu’un gamin nommé Jules Verne,   rêvant d’océan et d’horizons lointains  fut "rattrapé" par son père alors qu'il s'était embarqué clandestinement, à Nantes, à bord d'un voilier transatlantique ? 

 

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (5).JPG

 

Et  en exergue du site Internet  de la ville de Paimboeuf, une citation du grand poète  andalou  Rafael Alberti   Il est des portes sur la mer que l'on ouvre avec des mots. 

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (4).JPG

D’une maison d’artiste à la façade changeante  aux poèmes des enfants flottant dans un  "jardin étoilé",   il sera beaucoup question de poésie et d’horizon lointain en ce bel après-midi de fin juillet.

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (6).JPG

 

Des récits de Loire et d’ailleurs   tout au  long du fleuve  dont j’ai voulu partager quelques unes de mes photographies dans cette série. Une  Note fleuve pour un estuaire   qui  m’ entraine à chaque mise en page vers  d’autres découvertes, des histoires, des arts, des paysages...  Ce que j'aime dans les voyages, c'est l'étonnement du retour  écrivait Stendhal.

 

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (2).JPG

 

Il me faut faire une pause dans ces récits sur l’Estuaire ; je les reprendrais  en alternance avec d’autres billets et pour que mes lecteurs s’y retrouvent, je garderais lors de leur parution la référence à cette « Note fleuve pour un estuaire ».  Mais je suis heureux de cette série, même inachevée.  J’avais eu  l’an passé la même envie au  retour d’un autre  séjour breton. Mais ma priorité était à l’époque mon livre, un  projet passionnant mais qui me demanda beaucoup de temps et d’énergie.

  

Paimboeuf-PhotosLP Fallot (3).JPG

 

J’ai aussi envie de vous emmener vers d’autres rivages et d’autres terres.  Alternance donc entre cette série et d’autres billets, et toujours dans cet esprit d'un  "mode été", ….à bientôt.  

carnet de vacances été 2014,bretagne,estuaire,paimboeuf,jardin étoilé,dominique leroy,une note fleuve pour un estuaire,photographies,n&b


Estuaire de La Loire à Paimboeuf

Photographies Louis-Paul Fallot, 2014