Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.09.2013

Lundi 16 septembre 2013

La semaine passée, je voulais ici rediffuser une Note, en hommage à Albert Jacquard. Il y en eu de nombreux, des hommages,  dans les médias et sur les réseaux sociaux et je me suis dit que je saluerais plus tard l’homme, son œuvre, ses engagements. Je suis allé relire mon billet Un livre d’actualité  où j’évoquais l’un de ses livres les plus connus "J’accuse l’économie triomphante" dont j’avais recopié quelques lignes.
Je me suis attardé sur les commentaires de cette époque et  deux choses m’ont marqué : La qualité (et le nombre) des partages  et les prénoms des ami(e)s qui avaient déposés le leur. Certains toujours là, d’autres partis vers d’autres vies et ceux disparus mais qui  restent profondément ancrés dans ma mémoire. 
De ce que l’on a souvent nommé la blogosphère, j’avais écris un billet l’an passé.  Je lui avais donné pour titre Un blogue comme un village et je pense que j’avais bien choisi ma chanson en cadeau à cet ami Patriarch,  qui venait de déposer le 10 000ème commentaire et qui vient de nous quitter. 
"Sa"  France, je m’y retrouvais bien sur son blogue "De l'Aurore au crépuscule".
La France des sans-logis auprès desquels Jacquard mettait sa notoriété, la France des compagnonnages et des luttes du monde ouvrier qu’évoquait  Patriarch, les coups de gueules des deux hommes avaient ce point en commun qui est aussi le mien, celui de ne pas supporter l’injustice, toutes les injustices.
Je ne suis pas le seul à être triste depuis hier; l’homme  était aimé;  un exemple, une   preuve même, que le soi-disant « virtuel »  n’empêche pas, une amitié bien réelle.
Oui, un blogue comme un village où l’on accompagne avec pudeur, respect et amour  celui qui nous quitte, c’est ce que je vous invite à faire  en lisant  Le dernier billet  écrit par les siens. 

27.07.2013

Quelques mots (et photos) et pause

 Mise à jour du diaporama en bas de Note à/c du 22 août avec la reprise de ma série
"Photos d'été" publiée dans l'album PicasaWeb.(Google +)

 

Photos d'été par PhotosLP.jpg
Légendes:
Exposition "Passage" de Jean-Marie Fondacaro à la Citadelle de Villefranche sur Mer,
la nouvelle signalétique pour de belles balades en Haute-Provence,
le Port du Cros bien sûr,
et les hirondelles prises de la maison de Méailles.
Photographies Louis-Paul Fallot, été 2013.





Ce montage photographique résume et de manière assez fidèle mon activité de cette première partie d’été: Beaucoup de temps consacré à un projet qui avance et qui me tient à cœur, des promenades en bords de Méditerranée où sur les sentiers de Haute-Provence, et comme les hirondelles de la photo, du temps où l’on se pose, où l’on vit comme je l’ai écrit en  mode été , plus lentement. Contrairement à mon précédent montage,(Notes d'été)  ce ne sont pas ici des clichés déjà publiés de ma Galerie d’images mais des photos d’été, de cet été 2013. J’en ai publié sur Internet   régulièrement et je continuerais à mon retour. Je vous les  propose ci-après dans un diaporama. Des photos que j’aime et qui témoignent d’instants présents en  cette saison où tout est  quelque peu différent.
Pas de liens non plus vous invitant  à lire ou relire une sélection de Notes. Je vous laisse -  si vous en avez envie -  aller et venir dans les plus de mille Notes qui composent ce blogue;   ou bien encore dans celles de mes autres blogues dont vous trouverez les liens ci-contre :
PhotosLP, les Saisons de Méaille, Carte blanche et noire et  L’instant Présent…

Je vous souhaite un bel été, je pars, d’autres rentrent, il y a un toujours un voyage à faire, sur les routes ou/et   sur la blogosphère. Vous trouverez ci-contre une liste de quelques sites qu’au fil du temps j’ai sélectionnés. (Voir ci-contre au pays du blog) .
Voilà les quelques mots que j’avais envie de déposer avant de mettre en mode  pause  ce blogue et  aussi les sites et réseaux sociaux où  je publie mes partages.
Je voudrais vous remercier de vos passages, des rencontres   faites et à venir, des liens tissés, tout cela  grâce à ce formidable outil qu’est Internet si l’on apprend à l’utiliser avec intelligence et aussi… à l’oublier un peu  de temps en temps.

Je fêterais bientôt ma décennie de ce que je nomme  Nouvelle vie et je n’oublie pas cette phrase qui se veut mode de vie  plus que slogan "habille-toi et sors". Je pense bien à vous et encore une fois, je vous dis bel été.