Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.08.2014

Entre mer et estuaire


Comme s’il veillait sur les lieux, "le serpent d’océan de Huang Yong Ping "commence - ou termine -  le parcours d’Art contemporain le long de la Loire. Certains le nomment le « Dragon de Mindin  et l’on devine qu’il a traversé les mers pour venir échouer sa gueule démesurée sur cette plage.  
Voir pourrez lire en bas de Note un extrait de la fiche de présentation de l'œuvre. 

 

Mindin - PhotosLP Fallot (3).jpg

 Le Serpent d'océan à la pointe de Mindin
Photographie Louis-Paul Fallot, juillet 2014


  

 

Mindin - PhotosLP Fallot (1).JPG

 

Ici, le spectacle est saisissant  sur l’estuaire, les plages,  le pont et au fond  la ville de Saint Nazaire...

 

 

 ...et ses grands ensembles architecturaux portuaires, revisités eux aussi par d’autres œuvres d’art comme les Triangles rouges de Varini .

 

Mindin - PhotosLP Fallot (5).jpg

 

Mindin - PhotosLP Fallot (4).jpg




La mer commence son ballet marin sur l’estran, dans les lumières du ciel  de fin d’après-midi et des mouvements de la marée montante qui ne cessent de faire bouger les paysages.  
Nous y restons un bon moment sur cette  promenade du littoral  aménagé à  St Brévin  les Pins.

Mindin - PhotosLP Fallot (2).jpg


Mes yeux se fixent sur ces étranges bâtisses  de bois sur pilotis et encore cette fois, je me dis que les pêcheries que l’on trouve tout au long de cette côte de Jade sont un thème inépuisable de sujets  pour les photographes.  

 

 

Mindin - PhotosLP Fallot (6).jpg

Illustrations:  
Pointe de Mindin à St Brévin les Pins et le Serpent d'Océan
Photographies Louis-Paul Fallot - juillet 2014

 

Extrait de la fiche sur le site de présentation de l’œuvre de Huang Yong Ping sur le site estuaire.info/fr/.

 "(…) En faisant apparaître sur les rives de l’Europe une des figures majeures de la mythologie chinoise, Huang Yong Ping aborde, comme souvent dans son travail, les notions d’identité et d’hybridité culturelle. La question environnementale est également très présente dans son art où il met régulièrement au jour le paradoxe de l’homme sciant la branche sur laquelle il est assis, tiraillé entre capacités créatrices et pulsions destructrices. C’est une des lectures possibles de cette œuvre. Positionné sur l’estran, le squelette apparaît au rythme de la marée, et accueillera, peu à peu, faune et flore marines."

 

26.08.2014

Sur la plage de Monsieur Hulot

 Sur la plage de Monsieur Hulot


Plage de Monsieur Hulot-PhotosLP Fallot (3).JPG
Monsieur Hulot à Saint-Marc
Photographie Louis-Paul Fallot, été 2014

 


Saint Nazaire n’est pas que ports et industries, c’est aussi – avec l’arrivée du chemin de fer en 1857– l’une des premières stations balnéaires.  Et parmi ses plages, l’une des plus belles de cette Côte d’Amour est étroitement liée à l’histoire du cinéma français. A Saint-Marc, dans la rue qui mène vers la plage,  il y a grand choix de Cartes Postales  illustrant des affiches d’un film célèbre de Jacques Tati et  Monsieur Hulot nous attend  en cette heure matinale sur l’esplanade qui domine le sable fin et la mer.

Tout cela est d’ailleurs  au départ une histoire de Cartes Postales : 
"Après le triomphe de "Jour de Fête", grand prix du cinéma français 1949, Jacques Tati entreprend de saisir "la vie toute simple, l'atmosphère des vacances", à Saint-Marc, à Saint-Nazaire. Quand il débarque avec son équipe fin juin 1951, les habitants ne savent pas encore qu'ils vont devenir les héros d'une œuvre qui fera le tour du monde. C'est à partir d'une carte postale que Tati découvre Saint-Marc où le réalisateur trouve presque tous les ingrédients dont il a besoin : la mer, la corniche, les rochers, la plage, l'hôtel, les colonies de vacances. (…) "
(Extrait de Saint Nazaire, la ville aux 20 plages)



Plage de Monsieur Hulot-PhotosLP Fallot (2).jpg



Le film deviendra un classique du cinéma français, et l’on peut en voir une version restaurée. Un extrait de la  critique tv de Télérama François Gorin : « Pour son deuxième long métrage, après le rural Jour de fête, Jacques Tati dépêche un hurluberlu à la plage, où se côtoie sans se mêler la France des congés payés de l'après-guerre. Mais ce Hulot que tout singularise (vêtements, posture, voiture, manières uniment polies) est le seul à réellement désirer ce temps de vacance. Le comique naît de ce que son engouement est en contradiction avec les choses ou les gens qui l'entourent. Ses moments de plaisir (écouter du jazz à fond dans sa chambre, jouer au ping-pong avec un enfant) heurtent les autres clients de l'hôtel. Ses grands élans de courtoisie provoquent de petites catastrophes. Tout est question d'équilibre - ô combien précaire - dans cette chronique faussement nonchalante, bercée par une musique liquide et fluette. La tenue même de Hulot, mains posées sur les hanches, comme pour s'empêcher de tomber, est le symbole de cette instabilité. Voici la figure, immédiatement familière et parfaitement stylisée, de l'homme à la place jamais définie, et dont la liberté est à ce prix. »   


Plage de Monsieur Hulot-PhotosLP Fallot (1).jpg



Illustration : La plage de Saint Marc, l’une des plus belles de la région et qui se nomme désormais  "Plage de Monsieur Hulot" . La sculpture a été  réalisée par Emmanuel Debarre.
Photographies Louis-Paul Fallot, 2014.