Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.01.2011

L'astre

Au soleil levant du jour de l'an (2)

Au soleil levant-1012011-PhotosLP Fallot (2).jpg

 

 

 

J’ai beaucoup aimé ce poème de NéO, déposé en commentaire sur ma première série de photos de ce 1er janvier 2011, d’un soleil levant au jour de l’an.

De Hauts Reflets ,
D'un Astre d'Hors ,
Dans les Lueurs ,
D'une Vieille Aurore ,
Il lève Enfin ,
Le Voile d'une Nuit ,
Pour les Couleurs ,
D'un Chaud Décor.

NéO

 

Au soleil levant-1012011-PhotosLP Fallot (4).jpg

 

 

Vos autres mots d’émerveillement ne peuvent que m’inciter à vous écrire : Ces moments uniques, je vous souhaite de les vivre. Je continuerai en janvier, ce mois des voeux,  le partage de ces émotions.

 

Au soleil levant-1012011-PhotosLP Fallot (5).jpg

 

Voeux, souhaits, partage du beau comme j'aime à écrire.

Au soleil levant-1012011-PhotosLP Fallot.jpg

Je n’ai pas encore précisé le lieu mais est-ce nécessaire ?  J'aimerais aussi vous laisser une place pour vos rêves.

 

Au soleil levant-1012011-PhotosLP Fallot (3).jpg

 Photos Louis-Paul Fallot

1er janvier 2011

02.01.2011

L'attente

 

 

L'attente du soleil levant le 1er janvier 2011-PhotosLP Fallot.jpg

 Au soleil levant du jour de l'an (1)

 

 

Jour de l'an-PhotosLP Fallot-01012011 (02).jpg

Soleil levant du jour de l'an-PhotosLP Fallot-01012011 (5).jpg

our de l'an-PhotosLP Fallot-01012011 (04).jpg

 

our de l'an-PhotosLP Fallot-01012011 (05).jpg

our de l'an-PhotosLP Fallot-01012011 (06).jpg

 

Si je vous dis qu’après une courte nuit de sommeil, nous avons commencé l’année par une tradition qui nous vient du pays du soleil levant et un petit déjeuner à près de 1000 mètres d’altitude ; si je vous dis que nous avons vu la fin de la nuit et le premier lever de soleil de  la nouvelle année sur la méditerranée;  admiré notre 1ère expo de 2011,œuvres commentées par l’artiste en personne.

Si je vous dis que la ballade était splendide et , le spectacle féérique : tant de beauté, de couleurs changeantes du ciel à la mer, du cap Ferrat au cap d’Antibes et au-delà, des crêtes du Cheiron  aux sommets enneigés du Mercantour.

Si je vous dis  qu’il y avait de la joie, de l’émotion et beaucoup de partage. Un peu de surnaturel aussi mais le lieu s’y prête vraiment !

Si je vous dis  que ce fût aussi un bel exercice photographique et qu’il me faut faire le tri dans cette première carte mémoire  de l’année parmi quelques 399 clichés !

Si je vous dis que tout cela s’est terminé par des lectures de poèmes et  l’échange des adresses de courriels….

Je pense que vous devinerez aisément le lieu.

Pour la narration de ce beau moment, je vous invite à poursuivre votre voyage ici;  il y avait vraiment à donner à voir ce matin du 1er janvier 2011.

Envie aussi d’écrire à suivre.

 

 

Photos Louis-Paul Fallot

 Lever de soleil le 1er janvier 2011 (Série 1)

Lever de soleil le 1er janvier 2011-PhotosLP Fallot.jpg

15.12.2010

La Forme d’une ville

 

Il s'agit d'appliquer au chaos brouillé des données mentales et des petits accidents de la vie qu'on mène, un procédé de lecture, une grille qui permette de lire le sens de la vie en tant qu'elle échappe à notre influence.

Julien Gracq

Julien Gracq (Citation remue.net)

  

La forme d'une ville-PhotosLP Fallot (3).jpg 

 

"…L’acrimonie propre aux ruminations du vieillissement naît de ce que nous replaçons des épisodes passés de notre vie dans un cadre resté intact : c’est la jeunesse inaltérable du monde qui rend mal tolérable la caducité dont elle est devenue le lieu et le support. Rien de tel quand il m’arrive de retraverser Nantes. L’ancienne ville – l’ancienne vie – et la nouvelle se superposent dans mon esprit plutôt qu’elles ne se succèdent dans le temps : il s’établit de l’une à l’autre une circulation intemporelle qui libère le souvenir de toute mélancolie et de toute pesanteur ;  le sentiment d’une référence décrochée de la durée projette vers l’avant et amalgame au présent les images du passé au lieu de tirer l’esprit en arrière. Je voudrais que la complaisance aux souvenirs, à laquelle il m’arrive comme à tout autre de faire sa part, soit absente de ces pages. La chance a fait de ces années de mon enfance et de mon adolescence un gisement que la vie a monnayé, une richesse toujours mobilisable que je prodigue à mon gré sans m’en sentir jamais plus pauvre. Reprenons donc le chemin des rues de Nantes, non pas à la rencontre d’un passé que je ne voudrais mettre à ressusciter aucune complaisance, mais plutôt de ce que je suis devenu à travers elles, et elles à travers moi."

JULIEN GRACQ - LA FORME D’UNE VILLE- EDITIONS JOSE CORTI-PAGES 9 ET 10

 

C’était à Nantes, une fin d’année de  2007.  Il me faudra attendre encore une année pour me procurer ce livre. La disparition de celui qui vécut sur les bords de Loire ayant eu pour conséquence de vider les librairies nantaises des ouvrages de l’auteur. J’allais entrer pour la première fois dans les mots de Julien Gracq et dans le même temps refaire – malgré les différences d’âge et de vécu-  le chemin de vie de mon enfance et de mon  adolescence.  

Ce livre  me permis  doucement,  de pénétrer dans les constructions littéraires de Julien Gracq.  J’étais prêt pour un autre voyage. Traverser d’autres mers et me poser sur des rives littéraires inoubliables. Celles du Rivage des Syrtes

Dans quelques jours, je redescendrais les marches du passage Pommeraye  et en face dans une de ces anciennes  librairies nantaises, je sais que sur la gauche, un beau rayon m’attend, celui des éditions Corti,  éditeur de celui qui refusa le Goncourt.

 

La forme d'une ville-PhotosLP Fallot (2).jpg

 

LIEN:

La notice bio-bibliographique de Julien Gracq sur le site des Editions José Corti consacré à l’auteur.

  

La forme d'une ville-PhotosLP Fallot.jpg

 Nantes, photos Louis-Paul Fallot

 

 

 

Sur Nantes et sur ce blogue :

 

Ballades nantaises

 

Le pavé nantais

 

Sous la pluie

 

Nantes, juillet 1969