Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.10.2012

Petite séance psychanalytique avec la mouette rieuse

"Cette capacité à sourire de l’âme dans le courant de la tristesse, c’est de l’intelligence plus que de l’inconscience(…). Mais il faut évidemment que ce soit un libre choix et que l’habitude vienne d’ extraire d’un quotidien tout gris les instants de grâce(…)

 

Singing in the rain…

 

Extrait de « Sérénité », Christophe André, édition Gisèle Jacob, pages 75,76.

 

 La mouette rieuse-PhotosLP Fallot (4).jpg

 

 

Lire la suite

25.10.2012

Amour (mais pas toujours)

 

 L'amour- Niki St Phalle-Fontaine Stravinsky - PhotosLP Fallot.jpg

"L'amour", une des sculptures de Niki de Saint-Phalle à la Fontaine Stravinski ( Oeuvres de Niki St Phalle et Jean Tinguely

Photo Louis-Paul Fallot

 

 

J’ai relu ma Note du 28 mai où j’évoquais la Palme d’or du festival de Cannes 2012; Amour de Michael Haneke vient de sortir en salle.

Lire la suite

24.10.2012

Il y a dans notre vie...

 

Bateau à Nantes-PhotosLP Fallot.jpg

 

"Il y a dans notre vie des matins privilégiés où l’avertissement nous parvient, où dès l’éveil résonne pour nous, à travers une flânerie désœuvrée qui se prolonge, une note plus grave, comme on s’attarde, le cœur brouillé, à manier un à un les objets familiers de sa chambre à l’instant d’un grand départ. Quelque chose comme une alerte lointaine se glisse jusqu’à nous dans ce vide clair du matin plus rempli de présages que les songes; c’est peut-être le bruit d’un pas isolé sur le pavé des rues, ou le premier cri d’un oiseau parvenu faiblement à travers le dernier sommeil; mais ce bruit de pas éveille dans l’âme une résonance de cathédrale vide, ce cri passe comme sur les espaces du large, et l’oreille se tend dans le silence sur un vide en nous qui soudain n’a pas plus d’écho que la mer. Notre âme s’est purgée de ses rumeurs et du brouhaha de foule qui l’habite; une note fondamentale se réjouit en elle qui en éveille l’exacte capacité." 

Extrait du livre de Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, page 109
Les éditions José Corti, 1951