Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.10.2010

Lignes dédicacées

 

Haute-Provence- Louis-Paul Fallot-2010 (2).jpg

 

Aucune Note finie, tout est en chantier.

 

Fatigue de la ville et des actualités.

Et surtout, envie de souffler, de respirer.

Envie de musique d’un CD inséré.

Et d’une route vers les grès.

S’évader, rejoindre les prés.

Ecouter le clocher, se laisser bercer.

Mettre la bûche  dans la cheminée.

Voir si le rouge automnal est arrivé.

Moments intimes  à partager.

Ballade d’un soir et matin câlin.

Envie d’un jour ou deux… à deux

 

Ecriture de quelques lignes dédicacées.

 

06.10.2010

La fenêtre dans un mur

 Les maisons sont comme les gens, elles ont leur âge, leurs fatigues, leurs folies. Ou plutôt non: ce sont les gens qui sont comme des maisons, avec leur cave, leur grenier, leurs murs et, parfois, de si claires fenêtres donnant sur de si beaux jardins.  Christian Bobin (Isabelle Bruges)

 

  

Fenêtre-PhotosLP- 2010.jpg

 

 

La fenêtre dans un mur éclaire notre intérieur et chauffe le cœur. Un texte de mon ami Robert écrit début septembre et qu’il m’envoie après avoir vu ma Note du 1er de ce mois publiée à l’occasion du Défifoto. Coïncidence m’écrit-il… Pas sûr Robert; partage en tout cas en ce mercredi. A bientôt de te voir.

 

Fenêtre-PhotosLP- 2010 (2).jpg

 

La fenêtre dans un mur

Si tu découvre que ton cœur est triste, que doucement il s’assombrit.

Ne le laisse pas en pierre se transformer, essaie, cherche et trouve une solution,

 

Comme pour les vieux murs qui ne voyaient plus rien, de pierres dures construits.

Ouvre une brèche, une fente, une baie, laisse entrer la lumière.

Tu sentiras alors les rayons chauds du soleil, lumineux, vivifiants,

La clarté de la lune, de ses diverses formes et de son croissant,

 

Les troupeaux de blancs nuages qui se multiplient à l’infini, allant de-ci de-là.

La pluie qui tombe goutte à goutte ruisselante et cinglante,

Le claquement de tonnerre qui zèbre le ciel de ses éclairs.

Les étoiles mystérieuses là-haut au fond du firmament.

 

Et, joie sublime, tu verras autant entrer que sortir toutes les choses de la vie,

Ouvrir la fenêtre de son cœur sera lui donner de l’air, mais aussi l’empêcher de se durcir.

Voir et vivre encore cette vie qui n’a de cesse que de vouloir exister.

Même là ou l’on croit que plus rien n’existe, La lumière est, il faut la faire entrer.

                                                                                 

 Robert de Nice, 6 septembre 2010

 

 

Fenêtre-PhotosLP- 2010 (6).jpg

Méailles, Haute-Provence...septembre 2010

PhotosLP Fallot

 

27.08.2010

Un arbre près de la rivière

Un arbre près de  la rivière

A Dominique W

 

Eau en Provence-PhotosLP Fallot-2010 (4).jpg

Tu  es né au bord d’une rivière.

De ta chambre d’enfant,

Tu pouvais entendre l’eau caressé les cailloux.

 

Eau en Provence-PhotosLP Fallot-2010 (7).jpg

 

 

Lire la suite