Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.11.2012

La contemplation de l'immobile

 

Regarder l'immobile-PhotosLP Fallot.jpg

 

Et si l’on regarde, on voit : de la simplicité en majesté.
Une présence intense derrière l’immobilité.
Si l’on regarde, on voit que même ce qui ne clignote pas, ne bouge pas,
ne scintille pas, ne fait pas de bruit, peut avoir de l’intérêt et de l’importance.

Christophe André, Méditer jour après jour, page 124

 

Mardi: Il pleut, à torrent.

Je ne peux faire ma promenade quotidienne qui est aussi pour moi mon moment de méditation je dirais de « pleine conscience en pleine nature ».  

Souvent la pluie quand elle tombe trop fort, quand les éclairs déchirent le ciel, tout cela peut m’amener au mal être ou à l’angoisse.  Heureusement, j’ai « mes outils » et parmi eux la contemplation.  Et si j’aime la pratiquer au bord d’un chemin ou de mer, je sais que je peux aussi le faire également « en intérieur » en regardant ce qui m’entoure, où que je sois !

 Dans  son livre Méditer jour après jour, Christophe André   nous invite à nous  abandonner au vertige de la contemplation des objets quotidiens : une pomme, un brin d’herbe, un téléphone…  .

Christophe André évoque la « nature morte » et s’exclame :

 «  Quel drôle de nom ! ». Il précise que l’appellation anglaise still life – vie immobile -,
et l’allemande, et la flamande, qui disent la même chose, sont bien plus proches de la réalité(…)
Dans ce monde en mouvement, dans ce monde utilitaire,
la nature morte  nous arrête : vie immobile, vie inutile.
Inutile ? Parce qu’elle n’a rien à montrer que de l’ordinaire ?
Mais justement : ce qu’elle nous montre, c’est l’ordinaire qu’on ne regarde jamais.

L’auteur, qui pratique la méditation depuis des années l’utilise aussi pour soigner à l’hôpital Saint Anne.  Son livre est un beau livre au sens  spirituel mais aussi artistique. (Superbes illustrations)

Mercredi: J’entends en écrivant ce billet les prévisions météorologiques qui annoncent la poursuite des précipitations…Je lève les yeux de l’écran de mon ordinateur et un monde s’offre à moi :

Si l’on regarde, on voit qu’il y a de la beauté, de l’intelligence et même de la grâce
dans le simple, l’accessible, le disponible.

Les passages de cette Note en italiques sont extraits du chapitre Voir l’invisible et vous trouverez sur le site de Christophe André la présentation de son  livre Méditer jour après jour.

21.11.2012

États d’âme

 

Voiles latines-PhotosLP Fallot.jpg

 

 

A Christina

 

 

« Les états d’âme sont donc une espèce de carrefour, une chambre d’écho, à l’interface entre le dehors et le dedans, entre le corps et l’esprit, entre hier et demain, entre nos pulsions et notre culture, entre nous et les autres. Nos états d’âme sont peut-être tout simplement la plus importante  et la plus décisive des nourritures de  notre conscience. »  Ces mots sont de Christophe André dans l’entretien qu’il a donné  à Patrice Van Eersel pour  la revue Nouvelles Clés et qui est reproduit  en Postface de son dernier livre Sérénité. (page 136)

Etats d’âme, c’est aussi le nom du blogue de Christina. Ses états d’âme, elle nous les faisait partager à sa façon, en "pêle-mêle", par des scènes de la vie quotidienne photographiées à Bruxelles; des instants présents saisis avec beaucoup d’humanisme, de l’humour aussi.  Je ne la connaissais que par nos blogues mais les photographies parlent je pense.

Christina aimait les gens et la vie des gens; elle aimait la vie.

Christina aimait la mer et les bateaux; quand elle ne marchait pas dans  Bruxelles, elle partait se ressourcer vers ce  beau pays  au Portugal. 

 Entre nous  et les autres . C’est drôle les blogues, ces personnes que l’on n’a jamais vu et que l’on a l’impression de connaître. Les photos parlent d’états d’âme aussi ... Au revoir Christina.

 

Le blogue de Christina

 

 

Catalina en baie de Cagnes-PhotosLP Fallot.jpg

Illustrations: Les voiles latines de l'association Aventure Plurielle au port du Cros (en haut)

et Le Catalina  en baie de Cagnes -  PhotosLP Fallot, 2012