Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.10.2016

Figeac et les Écritures du Monde



Figeac-PhotosLP Fallot (1).jpg



Ville étape sur notre route vers la Bretagne depuis plusieurs années, nous aimons beaucoup Figeac (et ses environs) où nous avons nos habitudes sur les bords du Célé… C’est aussi une étape sur les chemins de Compostelle et nous croisons à notre hôtel lors de nos haltes de nombreux marcheurs.


Figeac-PhotosLP Fallot (2).jpg


La ville est classée  Grand Site de Midi-Pyrénées  et  Ville d’Art et d’Histoire  et son cœur historique comprend  un ensemble remarquablement préservé de maisons et de palais urbains bâtis aux 13ᵉ et 14ᵉ siècles par les riches marchands de Figeac .


Figeac-PhotosLP Fallot (7).jpg

 

Champollion - Jean-François de son prénom - est né à Figeac en 1790 ; c’est dans sa maison d’enfance restaurée que le premier musée consacré à l’illustre déchiffreur des hiéroglyphes est inauguré en décembre 1986 par le Président François Mitterrand. Mais un projet plus ambitieux verra le jour huit ans plus tard et le nouveau Musée Champollion, sous-titré "Les Écritures du Monde", ouvre ses portes en juillet 2007. (Source : site Internet du Musée Champollion)

Mais n’avions pas encore visité le musée pourtant situé dans ce cœur historique que nous aimons emprunter…

Figeac-PhotosLP Fallot (6).jpg

 



Il faut en effet prendre du temps pour découvrir les 6 salles réparties sur 3 étages et qui présentent un extraordinaire voyage à travers les siècles de l’écriture. Plus qu’un copié/collé sur l’ensemble de ces collections et leurs thématiques, je préfère vous inviter à cliquer sur la page imprimable du site internet du musée Champollion par ailleurs très complet.


 

Figeac-PhotosLP Fallot (9).jpg



Prendre du temps également pour, de la loggia du dernier étage, profiter d’une belle vue sur la place et la ville (photo haut de Note) avant - et c’est devenu comme un pèlerinage à chaque séjour à Figeac -  de  marcher  sur l’immense dalle en escalier et granit noir reproduisant fidèlement l’inscription de Rosette  ( L'œuvre de Joseph Kosuth  Ex-Libris a déjà fait l’objet d’une présentation sur ce blogue "Sur la Place des écritures" ) ...


Figeac-PhotosLP Fallot (5).jpg


 ...puis de flâner sur les jardins en terrasses la surplombant.

 

Figeac-PhotosLP Fallot (8).jpg

 
Crédit photographique: Louis-Paul Fallot, Figeac septembre 2016

figeac,champollion,musée,écriture,pierre de rosette

 

Lien: Site Internet du Musée Champollion

04.12.2012

Le scribe maître de la plume

 

Ce n'est pas pour devenir écrivain qu'on écrit. C'est pour rejoindre en silence cet amour qui manque à tout amour.  Christian Bobin,  La part manquante

 

Le scribe maître de la plume

 

Le scibe-PhotosLP Fallot.jpgDans l’Antiquité le scribe était un notable, puis avec le temps et dans les pays modernes, tout le monde ou presque apprit à lire et à écrire;  chacun put enfin écrire avec plus ou moins de talent, et ainsi évoluer.

Certains devinrent des écrivains au talent reconnu, on leur attribuait ce talent d’être de fines plumes. Ils étaient capable de montrer et faire sentir les odeurs, le bruissement des feuilles sous le souffle du vent, nous faire entendre le clapotis de l’eau dans les calades des ruisseaux, nous montrer toutes les couleurs du ciel, des arcs en ciel et du zèbre des éclairs dans une nuit noire. D’autres nous montraient, la violence des hommes et des tempêtes, les rues sombres et les fumées nocives. Certains même nous cueillaient des bouquets montrant du même coup la verdeur des près embaumés de parfums de fleurs. Les coquelicots dans les champs de blés…. C’est grâce à eux que je me suis senti attiré vers la lecture, celle qui me parlait un peu plus que les simples mots, des textes vêtus de poésie ; ceux qui m’ont autorisé à les copier pour essayer de m’améliorer, j’ai pu à mon aise jouer avec leurs mots tentant chaque fois de mieux faire, ajoutant virgules ou points, déplaçant de-ci de-là quelques mots pour les accorder avec les résonnances qu’ils transmettaient à mon oreille par ma lecture qui s’adressait directement à mon cerveau. L’écriture me semblant être comme une douce musique sur laquelle tous les mots peuvent valser et donner un ballet majestueux comme les valses de Vienne. Chaque lecteur devenant le spectateur et l’auditeur de la musique qu’il lit et entend. Aimant ainsi un écrivain plutôt qu’un autre, le style de sa plume, le tableau qu’il écrit comme un peintre son œuvre, ou un sculpteur son art. Qu’ils m’offraient en partage.

Jusqu’au jour où, ayant par maladresse certainement, déplacé, une virgule ou un point, modifié une note dans un récital écrit, ignorant que ce scribe était resté à l’aire antique de la noblesse des scribes d’Egypte, possesseur de ses écritures et de ses droits d’auteur. Troublé comme Mozart, que l’on ait pu lui changer une croche de sa partition. Je fus amené à repenser mon admiration sur la profondeur et l’attention que pouvaient avoir certains de ceux qui se gargarisaient de côtoyer les fines plumes; je les ressentais alors loin de la véritable sollicitude dont parlait Victor Hugo. J’ai ressenti la même résistance que les religieux mettent à sacraliser et conserver leurs écrits pour poursuivre, sans en modifier une ligne, leur état d’esprit sans pouvoir accepter d’en apporter une nouvelle conception. Toutes religions confondues avec les thoras et les charias, tous les blocages en fait.

Le plus surprenant venait aussi du fait que ce scribe - qui se bat pour que le monde change et évolue dans une mondialisation où beaucoup ne pensent plus à la nature ni aux dégâts que chacun provoque en ce monde – oubliait que l’on doit commencer « soi-même » à évoluer dans ses propres comportements égoïstes quels qu’ils soient.   Ne rien changer au sacro-saint du «c’est ce que je fais qui est bien » ! J’ai compris la phrase d’un artiste qui disait que l’écriture pouvait être une arme meurtrière. Comme tiré d’une arbalète, le carreau peut se transformer aussi en boumerang.

L’écriture, à mon humble avis, ne devrait pas rester l’apanage de certaines fines plumes, ne servant alors qu’à décorer leur chapeau, mais servirait encore un peu plus à aider ceux qui l’aiment, à l’aimer davantage. La partager sans contrepartie, l’offrir comme un précieux cadeau et non comme l’aumône d’une pièce jetée dans l’écuelle du mendiant de la lecture…..

 

Robert de Nice, 14 octobre 2011.   

 

Illustration :

Le musée des arts et traditions populaires à Guillaumes (Alpes-Maritimes). Photo Louis-Paul Fallot

 

Liens:

A lire ou relire les autres conributions de mon ami Robert de Nice publiées sur ce blogue:

La fenêtre dans un mur

La foi ou « le merci du lapin »...