Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.04.2012

Le choix d’un vote

 

Il vient une heure où protester ne suffit plus ;

après la philosophie, il faut l’action ;

 la vive force achève ce que l’idée a ébauché.

Victor Hugo – Les Misérables, tome 4

 

Beaux-Arts Nantes-PhotosLP Fallot.jpg

 

J’ai eu la chance de vivre mon enfance dans une famille où l’on ne transigeait pas avec les valeurs humaines. Où l’on m’en  expliquait le pourquoi et aussi  les combats qui ont fait de notre pays la France un  modèle envié de démocratie. Parmi ces valeurs, le droit de vote, acquis de haute lutte.

J’aurais une pensée très émue au moment de glisser mon bulletin de vote dans l’urne. Pour mon Papa qui nous a quitté brusquement il y a dix ans au lendemain d’un sinistre premier tour de scrutin.  Pour ma sœur partie il y a quelques mois. Pour ma Maman à qui je te téléphonerais dimanche;  pour toute ma famille où nous partageons au-delà de nos différences les mêmes valeurs de fraternité et de solidarité. 

Mes valeurs  ont pour moi le nom d’Humanisme. Jusque dans la pratique de mon art, la photographie, ce sont ces valeurs que j’aime et que je recherche.

Ces valeurs ont trop été mise à mal ces dernières années.  Je n'ai donc pas fait cette fois mon choix comme de coutume qui veut qu’au 1er tour on choisit et au 2ème on élimine.
Une élection présidentielle n’est pas que rassemblements populaires, je choisis  l’espoir porté par un candidat  qui porte  de remettre ces valeurs  au cœur de la politique française et de la vie quotidienne des gens. En rassemblant autour de ces valeurs!

En ces temps marqués par la faillite d’un système uniquement basé sur le profit,  il est plus que temps de remettre au premier plan et à tous les niveaux de la société  l'être humain.  

 

Illustration: PhotosLP Fallot, musée des Beaux-Arts de Nantes

13.10.2010

La ligne de vie

  

Retraite à 60 ans-PhotosLP-2010.jpg

 

 

(...) J’ai des souvenirs sur cette question. Je revois les ouvriers, la France était encore plus ouvrière qu’elle n’est aujourd’hui, je les vois encore venir me voir…Ils le disaient en patois de chez moi « je ne peux plus arquer, je ne peux plus avancer. Ils venaient voir leur élu en demandant de les sortir de là (…) Quand nous sommes arrivés, nous avons tout de suite proposé la retraite à 60 ans, ça a été un immense espoir de toutes les revendications ouvrières, ça été la loi la plus importante et elle restera dans l’histoire de la France ». (…) « Si bien que en catimini, la liquider de cette façon, ce n’est pas possible. Et puis, ce n’est pas digne d’un système de répartition qui repose sur plusieurs générations. C’est pourquoi, nous pensons que c’est une erreur profonde d’effacer la retraite à 60 ans. (...)  

L’intégralité de ce discours de Pierre Mauroy en vidéo sur le site Public Sénat.

 

 

Etudiants à la manifestation à Nice le 2 octobre 2010-PhotosLP.jpg

 

 

Ne croyez pas que c’est un discours passéiste, Pierre Mauroy parle aussi du présent, des jeunes. Ses mots sont forts et je les trouve justes. Je vous invite à écouter l’intégralité de ce discours, posé,  digne,  émouvant.

En écoutant ce discours, j’ai pensé aussi très fort à mon Papa et  à tous ces hommes et femmes qui ont fait ce qui est aussi l’histoire de notre pays ;  qui se sont battus pour que les générations à venir vivent un monde meilleur. Oui, merci Monsieur Mauroy.