Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.11.2013

Le chat qui...

Le chat-PhotosLP Fallot.jpg
Un Chat, Biot le 25 novembre 2013 - Photographie Louis-Paul Fallot




On raconte qu'un homme s'assit pour manger du pain, du fromage et de la viande rôtie.  
Un chat vint miauler près de lui.
L'homme prit du pain, et le lui jeta ;  le chat le flaira et ne le mangea pas.
L'homme prit un morceau de fromage, et le lui jeta ;  le chat le flaira encore, sans le manger.  Alors l'homme tira un dirham de sa poche, et le lui jeta en disant:
« Va acheter avec cela ce que tu voudras ».

Conte arabe

09.10.2013

Désirs (Texte choisi pour un mercredi)

 Désirs (*)

 

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence. Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dites doucement et clairement votre vérité; et écoutez les autres, même le simple d'esprit et l'ignorant; ils ont eux aussi leur histoire. Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l'esprit. Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux. Il y a toujours plus grands et plus petits que vous. Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressés à votre carrière, si modeste soit-elle; c'est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps. Soyez prudent dans vos affaires; car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe ; plusieurs individus recherchent les grands idéaux ; et partout la vie est remplie d'héroïsme. Soyez vous-même. Surtout n'affectez pas l'amitié. Non plus ne soyez cynique en amour, car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l'herbe. Prenez avec bonté le conseil des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d'esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude. Au-delà d'une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l'univers, pas moins que les arbres et les étoiles; vous avez le droit d'être ici. Et qu'il vous soit clair ou non, l'univers se déroule sans doute comme il le devrait. Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de Lui, et quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme. Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Prenez attention. Tâchez d'être heureux.

Désirs, anonyme (Baltimore 1692)

 

 

(*) A propos de ce texte :

Il existe de nombreuses versions de ce texte rédigé en langue anglaise et de sa  traduction, la plupart se terminant –comme celle que je vous propose-  par « Texte trouvé dans une église de Baltimore en 1692. Auteur inconnu. ». Sous le  titre « Desiderata »,  d’autres sites nous indiquent qu’il s’agit d’un texte de Max Ehrmann écrit en 1927.

 

04.10.2013

L’arbre, source d’émotions…

 Arbre -PhotosLP Fallot (2).jpg



Le mois commence par la publication (sur le blogue du "défifoto")  d’une photo  autour du thème L’arbre. Et je voulais profiter de cette occasion pour évoquer ici l’une de mes lectures du moment.    J’ai finalement choisi le cliché qui me paraissait le mieux illustrer une citation d’Yves Bonnefoy en exergue du livre d’Alain Corbin, « La douceur de l’ombre » et sur laquelle peut-être, comme moi,  vous méditerez un moment:

 

Arbre -PhotosLP Fallot (1).jpg

 

 

L’arbre existe sans moi. La vie sous cette forme est pure de moi, sans subjectivité, sans projection. Devant l’arbre, ma chance est d’entrer directement en contact avec l’inconnu, le pas moi.  Yves Bonnefoy.
 

 

 

 

 

 

 Arbre -PhotosLP Fallot (4).jpg

 

J’aurais pu  aussi choisir - puisqu’il s’agit de photographie - de recopier la première ligne de l’introduction  Il savait voir l’arbre », écrit Péguy à propos de Victor Hugo. Où bien encore de reproduire quelques lignes de la quatrième de couverture : Ils ont été sidérés par la présence de l'arbre. Ils ont éprouvé l'admiration, mais aussi l'horreur, inspirées par ce végétal souverain. Presque tous ont guetté, écouté, la parole de l'arbre. Certains ont espéré profiter de ses messages, en faire leur mentor. D'autres, plus rares lui ont déclaré leur amour.(…) S'étendre sous les ombrages, s'y délasser, y méditer, s'enfouir dans le végétal, s'y réfugier, y grimper... À l'époque contemporaine, certains ont tenté d'incruster leur corps dans l'écorce, en espérant que le végétal ferait croître l'empreinte…(…) Ils, pour Alain Corbin, ce sont donc  ceux qui depuis l’Antiquité   ont su «voir l'arbre» et il nous invite à une longue promenade  à la rencontre de l'arbre champêtre, de l'arbre haie, de l'arbre isolé et sauvage comme de l'arbre domestique.


Arbre -PhotosLP Fallot (3).jpg

 

Je me suis souvenu  de tous ces arbres qui depuis mes premiers pas m’accompagnent sans que
vraiment je ne perçoive toute  la place qu’ils occupent dans mon inconscient.
Les marronniers de mes premiers pas nantais, les grands pins des forêts de l’Aude près du châlet familial, les châtaigniers du pays d’Annot pour n’en citer que quelques uns… Les arbres mais aussi l’arbre, seul, et que je photographie sans jamais me lasser à Cagnes ou à Méailles…

J’ai acheté ce livre après avoir écouté son auteur à La Grande Librairie. "Historien et spécialiste du XIXe siècle en France, Alain Corbin est connu pour son approche novatrice de l’historicité des sens et du sensible." (Extrait de la 4ème de couverture).

« Il s'agit ici de l'histoire des émotions éprouvées par des individus qui, au fil des siècles, possédaient les mots pour les dire. » Le livre est passionnant même s’il n’est pas –pour moi du moins- de lecture toujours facile. Les Notes et le Glossaire de fin d’ouvrage me seront utiles, elles  invitent le  lecteur à poursuivre ses lectures vers d’autres découvertes.

Arbre -PhotosLP Fallot (5).jpg



J’ai choisi de vous présenter un extrait du chapitre IX, « L’arbre sensitif et l’empathie humaine » et
qui correspond bien à mon état d’âme et d’esprit du moment, tel que vous avez pu le découvrir dans mes  dernières  Notes. 

 

Couverture livre La Douceur de l'Ombre d'Alin Corbin.jpg

 Extrait des  pages 167 et 168, chapitre IX:

"L’arbre qui ressent est loin d’être condamné à la seule souffrance, lui qui pense, s’émeut, se réjouît, s’exalte jouit. Les arbres, rappellent Horace et Ovide, ont été émus par Orphée dont la lyre caressante entraînait sur ses pas les chênes envoûtés, avant que ceux-ci, pour marquer   leur deuil du poète, ne se dépouillent de leur chevelure de feuillage. Il semble à Henri David Thoreau que les mélèzes du cap Cod sont heureux de décorer les flancs des montagnes rocailleuses. Dans une lettre à sa femme, Victor Hugo décrit les ormes qui s’amusent ; mais c’est Marcel Proust qui s’arrête le plus souvent sur le « bien-être » et le « sourire de l’arbre ». (…) Paul Claudel, quant à lui, évoque « l’extase heureuse » du cocotier, qui écarte ses palmes dans « le jour chaud et le long midi ». Bernardin de Saint-Pierre avait poussé plus loin l’anthropomorphisme dans ses descriptions des paysages de la nature. Chaque arbre, écrivait-il, porte avec lui un caractère particulier qui varie les scènes, et y exprime, pour ainsi dire, une passion." 
Alain Corbin, LA DOUCEUR DE L’OMBRE L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours © Librairie Arthème Fayard, 2013. ISBN : 978-2-213-66165-0



arbre,défifito,livre,’alain corbin,citation,’yves bonnefoy,photo;photographie


Illustrations:
Photographies Louis-Paul Fallot, arbres
 2013, Haute-Provence et Cagnes sur Mer