Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.02.2009

Un livre d'actualité

Palais de l'Elysées-PhotosLP.JPG
Palais de L'Elysée
PhotosLP

 

 

 

Ce qui est nouveau, (...), est l’omniprésence, dans les arguments justifiant telle ou telle décision, des raisonnements économiques. Il ne s’agit pas seulement d’arrondir son bas de laine, mais d’insérer l’essentiel de son existence dans le processus de la concurrence, de la compétition,  où les maîtres mots sont rentabilité et victoire du meilleur.

L’objectif affiché est de devenir un « gagnant », comme si un gagnant n’était pas, par définition, un producteur de perdants. En nous présentant cette attitude de combat permanent de chacun contre l’autre, comme une conséquence nécessaire de la « lutte pour la vie » qui s’impose à tous les êtres vivants, les économistes ont enfermé les hommes d’aujourd’hui dans une logique aboutissant à l’échec final de tous.

Albert Jacquard 

 

En ce jour de « table ronde » au sommet de l’Etat sur « La crise », des évènements sociaux aux Antilles et à la veille de la journée de mobilisation des étudiants et  personnels de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, j’ai trouvé que ce passage *d’un livre publié en 1995 - (...) dans la société de cette fin de siècle - n’avait  pas pris une ride.

D’ailleurs, cette réflexion vaut pour tout ce livre,   3,80 euros en Livre de Poche. A lire ou relire.

 

 

  

J'accuse...Albert .Jacquard.jpg

*Page 70,

J’accuse l’économie triomphante

Albert Jacquard

 

 

 

27.01.2009

vivre l'expérience de l'art

J'ose m’écrire un message personnel. Relire ce texte, le lire encore. Et encore le lire en ces moments… Et de faire un vœu en cette fin janvier. Puisse-il être un peu partagé.

 

MIMOSAS 2009- PhotosLP.jpg

...mûrir comme l'arbre qui ne hâte pas sa sève et qui, tranquille,

se tient dans les tempêtes de printemps

sans redouter qu'après elles puisse ne pas venir l'été.

 

 

"(…) Et qu'ici, tout de suite, soit formulée cette prière: lisez le moins possible de choses d'ordre critique et esthétique - ce sont ou bien des vues partisanes, pétrifiées, et que leur durcissement sans vie a privées de sens, ou bien d'habiles jeux sur les mots où telle vue l'emporte aujourd'hui, et demain la vue opposée. Les Oeuvres d'Art ont quelque chose d'infiniment solitaire, et rien n'est aussi peu capable de les atteindre que la critique. Seul l'amour peut les saisir, les tenir, et peut être équitable envers elles. - C'est à vous-même, à ce que vous sentez, qu'il faut toujours donner raison, contre toutes ces analyses, ces comptes rendus ou introductions; quand bien même vous auriez tort, c'est la croissance naturelle de votre vie intérieure qui vous amènera lentement, avec le temps, à d'autres conceptions. Laissez vos jugements connaître leur propre développement, calme, non troublé; comme tout progrès, il doit venir de la profondeur du dedans et rien ne peut le hâter ni l'accélérer. Tout doit être porté à terme, puis mis au monde. Laissez chaque impression et chaque germe de sensibilité s'accomplir en vous, dans l'obscurité, dans l'indicible, l'inconscient, là où l'intelligence proprement dite n'atteint pas, et laissez-les attendre, avec humilité et une patience profonde, l'heure d'accoucher d'une nouvelle clarté; cela seul s'appelle vivre l'expérience de l'art: qu'il s'agisse de comprendre ou de créer.

Là, le temps ne peut servir de mesure, l'année ne compte pas, et dix ans ne sont rien; être artiste veut dire: ne pas calculer ni compter; mûrir comme l'arbre qui ne hâte pas sa sève et qui, tranquille, se tient dans les tempêtes de printemps sans redouter qu'après elles puisse ne pas venir l'été. Il vient de toute façon. Mais il vient seulement chez ceux qui, patients, sont là comme si l'éternité s'étendait devant eux, insoucieusement calme et ouverte. Je l'apprends tous les jours, je l'apprends au prix de douleurs envers lesquelles j'ai de la gratitude: la patience est tout! (…)"

 

Viareggio près Pise (Italie), le 23 avril 1903

 

Rainer Maria Rilke

Lettres à un jeune poète

 

03.12.2008

La Prophétie du Mage

 

Il s’engouffra, tête baissée, dans les entrailles de la forêt,
changeant fréquemment de chemin,
agitant désespéramment la petite boussole dont il ne savait pas se servir.*
 

La fôret-PhotosLP-2008-C.jpg

 

Il est  Maître des écoles dans le Sud de la France et passionné de littérature.

Il a écrit cette histoire qui se déroule dans la forêt de Brocéliande. Puis, il s’est mis en quête de trouver une « illustratrice » et enfin de faire connaître son manuscrit. Des contacts avec la Mairie de Paimpont ont permis l’édition de son livre aux éditions Les oiseaux de papier. (ISBN 978-2-916359-25-0)

La Prophétie du Mage-Couverture du livre-PhotosLP.jpgJ’ai aimé lire ce livre et au-delà j’ai trouvé très intéressante la démarche pédagogique qu’il propose autour du manuscrit à  ses collègues enseignants. « Le texte narratif est probablement le type de texte le plus riche et le plus difficile à écrire pour nos élèves et c’est pourtant celui qu’on leur demande le plus souvent de produire. À l’image d’un artisan face à la rude besogne qui l’attend, ils ont besoin de se servir d’outils qui peu à peu contribueront à leur donner les bons réflexes, à se méfier des écueils dans lesquels sombrent systématiquement les néophytes. » écrit-il en introduction au fascicule qu’il propose « libre de droits ».

« Le présent fascicule** a été conçu pour vous permettre de gagner du temps dans l’étude du roman mais il est loin d’être complet, tant la formation de nos élèves dans le domaine de l’écriture est ardue. Vous disposez d’un fascicule libre de droits, qu’il vous appartient d’utiliser, de modifier et d’améliorer si besoin est. »

Si vous avez des questions à lui poser, vous pouvez le contacter via son adresse courriel : prophetie.mage@laposte.net

En ce début décembre, une bonne idée cadeau pour petits et grands.

 

Elle continuait à s’approcher de lui mais il ne pouvait plus bouger car le roc paralysait son corps et le retenait prisonnier.  * 

Le rocher-PhotosLP-20086-C.jpg
PhotosLP-2008

 

LIEN vers la fche de présentation sur le site  Les oiseaux de papier

"La Prophétie du Mage" Jean-Baptiste Bourgery illustré par Danielle Dini. 10 euros

PHOTOS: Ne pouvant me rendre en forêt de Brocélande, j'ai choisi d'illustrer cette Note par des clichés pris cet été lors d'une ballade dans une autre forêt, à Annot (Alpes de Haute-Provence)

MUSIQUE: La dame du lac,  Alan Stivell 

 

*Les phrases en italique sont extraites du livre.

 **Disponible sur simple demande.