Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.08.2012

FOG, un livre et moi

 

livre,franz-olivier giesbertPourquoi je n’appréciais pas celui que l’on surnomme FOG ? Peu importe, c’est du passé et je préfère remercier une fois de plus ce programme de (nouvelle) vie dont l’un des exercices consiste à me libérer des préjugés et à garder l’esprit ouvert. Cet été, pas ou peu de télé, place à plus de lecture (je suis un lecteur lent) et parmi mes bouquins, Dieu, ma mère et moi. (Gallimard). 

Je ne ferais pas la  présentation de son auteur, ce dernier se livre à assez de confidences dans son ouvrage pour un peu mieux le connaître.  Et au-delà du bouquin,  il m’a donné envie de poursuivre l’un des projets que je me suis assigné dans ce nouvel espace-temps  dont je dispose désormais: celui de lire au moins un ouvrage de quelques uns de  ces auteurs dont je connais plus leurs faits  que leur œuvres ;  à ma 1ère liste personnelle, je vais sans doute  y ajouter quelques œuvres piochées dans la bibliothèque que nous propose Franz-Olivier Giesbert  au chapitre 31 !

Et le livre me direz-vous ? Et sa maman ? Et Dieu dans tout çà ?  Ne vous méprenez pas, je ne suis pas critique littéraire. J’ai aimé voilà ! Le style et surtout la sincérité, l’amour maternel et sa réciproque et cette vision de  Dieu qui me convient très bien aujourd’hui.  Un extrait, page 100 :    Dieu n’est pas un concept, mais une expérience, du vécu, du brutal qu’on a moins de chance de trouver dans les livres que n’importe où sur terre, au milieu de grands hêtres gonflés de soleil et débordants de joie ou devant un étang, gorgé de vie grouillante qui tout en fumant de brume matinale, frémit sous le passage des libellules. 

Celles et ceux qui  me lisent  sur les  Saisons de Méailles et me connaissent un peu ici  par mon Carnet de Nouvelle vie comprendront que c’est une quête à laquelle j’aime m’adonner et que ce Dieu « tout »  (FOG ne croit pas au Dieu créateur mais à celui Univers)   me convient parfaitement. 

J’invite en ouverture  de  Saison 2  à « partager  du beau ».  Cet été, j’ai lu  un beau livre. Un conseil, lisez-en quelques pages dans un pré ou  une crique, puis fermez les yeux.  Dieu - que vous soyez croyant ou pas, dans le doute ou bouddhiste,  agnostique   ou athée, ou tout simplement que vous aimez les choses dites simples de la vie -  oui,  Dieu ne sera sans doute  pas loin. 

 

 

LIEN : Présentation sur le site Evène, Dieu, ma mère et moi de Franz-Olivier Giesbert, éditions Gallimard.

PHOTO: Franz-Olivier Giesbert  au festival du livre de Nice en 2011. Photo Louis-Paul Fallot

 

11.06.2012

L'ambiance d'un festival

  

Festival livre Nice-PhotosLP (7).jpg

Côté ciel, d’azur, du moins le matin…très chaud ! 

Festival livre Nice-PhotosLP (10).jpg

 

Festival livre Nice-PhotosLP (1).jpg

 

Côté déco, le magnifique jardin Albert 1er, et qui mérite aussi ses noms d’antan, jardins des palmiers, jardin de paradis.

 

Festival livre Nice-PhotosLP (6).jpg

 

Côté festival, des libraires, des éditeurs, des auteurs, des promeneurs, des acheteurs…Des livres, des débats, des dédicaces, de belles rencontres aussi  (plusieurs clins d’œil personnels), des partages comme j’aime.

 

 

Festival livre Nice-PhotosLP (2).jpg

  

Festival livre Nice-PhotosLP (4).jpg

 

Et côté ambiance, il fallait vraiment s’attarder  du côté des éditions Baie des Anges.

 

Festival livre Nice-PhotosLP (3).jpg

 

Pour finir ce reportage de quelques images, je citerai un extrait de la page

   NICE TERRE DES ECRIVAINS

(...) S’il est une ville où peut se tenir naturellement un festival du livre c’est bien Nice. Une ville forte de son passé littéraire et ouverte aux initiatives et œuvres nouvelles. Créé en 1969 et relancé dans sa forme actuelle depuis 1996, le festival reçoit cette année plus de deux cents écrivains. Les pages n’ont pas fini de se tourner.

(Extrait du Dossier de presse du 17ème Festival du Livre de Nice)

 

Festival livre Nice-PhotosLP (5).jpg


Photographies Louis-Paul Fallot, j
ardins Albert  1er à Nice, 10 juin 2012

 

07.06.2012

Ma 3ème couverture de roman

 

A la veille de l’ouverture de la 17ème édition du Festival du livre de Nice, je suis heureux de vous présenter en exclusivité ma 3ème illustration de couverture de livre d’auteur.

 

couv les loups du mercantour-photo lp fallot.jpg

 

 

La première fût  pour  La Garon, roman  de Claude CHATRON-COLLIET aux éditions Thélès.

 

couv la garon-photo lp fallot.jpg

 

 

Puis celle du  recueil de nouvelles Front de Mer de Marie-Hélène CARBONEL aux éditions Baie des Anges, qui ont  également publié mon livre photographique De mer à monts.

 

couv front de mer-photo lp fallot.jpg

 

 

Et voici donc la couverture du roman  Les Loups du Mercantour d' Ernest DI GREGORIO   qui vient tout juste de sortir et qui sera présenté au salon du livre sur le stand des éditions Baie des Anges en présence de son auteur.

 

éditions baie des anges,couverture,livre,roman,lesloups du mercantour,ernest di gregorio,marie-hélène carbonel,claude chatron-colliet

 

"Dans le Mercantour, en Haute-Vésubie, en plein cœur de cette belle région que l'on appelle "la Suisse Niçoise" tout près de Saint-Martin-Vésubie, la révolte gronde chez les bergers et les propriétaires dont les troupeaux, sont soumis à de fréquentes attaques de loups. Ernest Di Gregorio, écrivain et randonneur chevronné, parcourt inlassablement le Mercantour, en été comme en hiver. Au cours de l’année 2011, il sillonne le Valdeblore et la Haute-Vésubie, prend des notes, s’intéresse aux loups et signe avec cet ouvrage son troisième roman pour notre maison d’édition." 
Extrait des pages actu des Editions Baie des Anges.