Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22.02.2013

Tabloid City (Pete Hamill)

 

Taboid City de Pete Hamill-Photo de couverture.JPG
Photo de couverture de Tabloïd City, de Pete Hamill, traduit de l'américain par Daniel Roche,
Préface de François Forestier – Balland  littérature étrangères.  

 

 

Le livre, gros succès aux  États-Unis, pays de l’auteur est paru en France fin 2012.
Je l’ai découvert en ouvrant mes cadeaux de Noël. (« Merci ma sœur » ).
J'ai découvert aussi  Pete Hamill  en lisant la superbe préface que lui consacre François Forestier et parue sur BibliObs.
Un extrait:

"Le monde de Pete Hamill, c’est celui des bars du petit matin, des virées à Las Vegas avec Shirley MacLaine et Frank Sinatra, des rues sales, des réunions funéraires d’Irlandais, des visages et des âmes abîmées, des westerns étranges (il a écrit le scénario de «Doc», bizarre fiction sur la vie de Doc Holliday. Le rôle était tenu par Stacy Keach), des villages oubliés dans le Golfe du Mexique, des verres de whisky enflammés en souvenir des amis disparus, des gueules de bois au journal. Je n’ai jamais lu une seule ligne terne ou médiocre sous sa plume. Avec d’autres grands écrivains du journalisme – Albert Londres, Gay Talese, John Gregory Dunne, Ernie Pyle, Michael Herr – il fait partie de mes amis, ceux que je n’ai jamais vu, qui ne m’ont jamais parlé, mais qui sont présents, pour toujours."

Si j’ajoute que je ne suis pas du tout indifférent aux photos de couverture d’un livre et que j’ai vraiment aimé celle-là, il me reste encore à vous dire que j’ai pris un grand plaisir à la lecture de  Tabloid City ! 

"Tabloïd City» résume tout ( écrit François Forestier dans la préface, ndlr) : l’amour de la ville, l’hypocrisie des hommes, l’amour difficile, les sentiments cachés, la dureté de la nuit. Il y est question de journalisme, aussi. Il y est surtout question des hommes, pauvres humains, braves humains. Somos los chingados…"

24.01.2013

Merci Monsieur Serres!

 

 Petite poucette-PhotosLP Fallot.jpg
"Les petites poucettes"

Photographies Louis-Paul Fallot, décembre 2012

 

Je suis en voiture, c’est le jour de Noël et nous nous rendons au domicile de ma nièce. (une petite poucette jeune maman). En passant devant un collège, nous évoquons avec ma sœur et mon beau-frère des souvenirs d’ados. A l’arrière du véhicule, la « petite » sœur de ma nièce interpelle sa maman. « Qu’est ce qui s’est passé en mai 1968 Maman ? ». Je souris intérieurement : Petite petite poucette est sympa de faire la conversation avec les "vieux" car elle aurait pu avoir la réponse sans nous adresser la moindre parole. Elle a le monde et son histoire entre ses mains et un simple clic après avoir tapé deux mots lui aurait proposé en 0,29 secondes le choix de consulter 41 900 000 réponses.

Lire la suite

07.12.2012

Mon roman coup de coeur cette année

 

couv- l'homme qui ne voulait pas fêter son anniversaire-pocket.jpg

 

Allan se dit qu'il ferait mieux de se montrer prudent avec l'argent. Il mit un billet de cinquante sous le nez du chauffeur et lui demanda :
— Jusqu'où vais-je pouvoir aller avec ça, à votre avis ?
Le chauffeur, l'air hilare, répondit qu'il avait déjà eu affaire à des voyageurs qui voulaient aller quelque part et se demandaient combien ça allait leur coûter, mais jamais l'inverse.  

 

 

 

« C’est le roman que j’ai aimé lire en 2011. Loin, (très loin) devant les autres.»  écrivais-je sur Terra Philia à propos des Chaussures italiennes d’Henning Mankell.

Je peux faire un copier de cette phrase pour  2012! Sans hésiter une seconde, si l’on me parle livre  préféré  cette année,  je  cite ce premier roman de  Jonas Jonasson, suédois lui aussi.  

C’est  mon livre coup de cœur de 2012, paru en poche chez Pocket.

Dernière anecdote en date de cette semaine où au moment de sortir de chez mon libraire, j’entends ce dernier s’exclamer qu’il veut me garder! Je me retourne pour voir à la caisse deux clientes, chacune   le livre (en version poche) à la main.  En fait j’en parlais avec une amie et nos mines réjouies à l’évocation de l’ouvrage devaient donner envie!

Dés les premières lignes, je suis entré dans l’histoire d’Allan, le centenaire « qui ne voulait pas fêter son anniversaire ». Mais qui  a tant de choses a raconter ; de ses aventures dans tous les pays où la vie l’a mené,  de toutes ses rencontres  avec ceux qui ont fait l’Histoire du siècle passé.  Sur fond de polar autour d’une valise et d’une cavale, d’anecdotes truculentes (j'allais écrire "à la dynamite"), je revisite l’Histoire contemporaine. Mais c’est bien plus drôle qu’un manuel d’école…