Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.01.2018

Des mots sur une photo


Je remercie mon ami Robert de m’autoriser à reproduire ici son texte et à toutes et tous, mes vœux du meilleur possible.



Le silence_Photo LP Fallot.JPG




Le Silence... SE TAIRE ?

Comment faire ?
Comment trouver le juste milieu entre la discrétion et le silence nocif ?
Se taire pour ne rien dire, ne plus rien dire, ...alors qu’il y a tant à dire pour faire renaître le jour dans le sombre de la vie. La lumière dans l’obscur, le vrai dans le faux. Cette photo m’inspire pour que je puisse dire, que la parole est d’argent mais que le silence est d’Or !

Qu’ai-je fait de tout cet Or du silence trop longtemps gardé. Pourquoi l’on ne m’a jamais rien dit sur moi ?
Etouffé, enseveli, noyé dans ce puit profond du silence.
La parole est salvatrice, quand bien même toute vérité n’est pas bonne à dire. Comment nuancer ce problème du silence. C’est un cas de société aujourd’hui ! Enfin il devient évident qu’il faut parler, tout dire.
Demandez aux femmes qui souffrent depuis des années du silence nocif. Demandez aux enfants qui ont vécu de profondes douleurs. Demandez aux vagabonds pourquoi ils le sont.
Le silence devient l’ennemi, le collaborateur du mal. Doit-on cacher un cancer, le monde en a Mille !
Attention au silence, de dire qu’il est d’or devient une foutaise. Il cache souvent de vilaines vérités qu’il est plus facile ainsi de faire évaporer comme si de rien n’était. Les soins de l’humain ont besoin du dialogue, au diable les secrets de polichinelle. Les secrets tout courts !
Robert de Nice, 29 novembre 2017

Illustration : "Il Grande Silenzio" de Lucio Oliveri
Photographie Louis-Paul Fallot, Mougins, 2013

 

24.10.2017

Pour nous deux

 

cath

 

Si je publiais un texte, il commencerait par ses mots Je suis allé marcher sur la plage et j’ai ramené trois coquillages, un galet comme ceux que l’on peut trouver en Méditerranée et sur la dune j’ai cueilli une petite fleur ovale cotonneuse que je nomme « mimi », et que tu aimes tant. Et ma Note aurait pour titre Pour nous deux.
Le reste est trop intime pour être publié ici, il est écrit dans mes pensées mais je te l’ai raconté en marchant sur la plage car tu étais à mes côtés là où tu es par le langage du cœur et celui de l’amour. 

 

Merci à mes lecteurs de comprendre que je ne souhaite pas de commentaires
à ce billet très personnel.

Photographie: Quimiac, octobre 2017

  

Publié dans Mots et photos | Lien permanent | Tags : cath, quimiac, plage | 22:46 |  Facebook |  Imprimer |

18.08.2017

S’enlivrer au CapLan

 

Café librairie CapLan & Co-Photo LP Fallot.jpg


Poul Rodou, août 2013
Ici, j’aurais pu m’essayer à décrypter quelques secrets de La Mémoire et la Mer, cette poésie qui possède une clé précise et cette clé c’est moi-même disait Léo.
Ferré voulut acheter la bâtisse, je le comprends la marée est à deux pas, juste en bas du chemin que nous descendrons à la nuit noire avant de reprendre la route vers une autre baie du côté de Morlaix. Rester pour quelques minutes encore, à écouter la mer tant il est difficile de quitter ce lieu - de fin de terre ou de début de mer - en ce pays de Finistère.
A l’origine de CapLan & Co, une buvette du littoral fréquentée par des pêcheurs à pieds, des paysans et quelques touristes, dont Léo Ferré qui aimait discuter avec la vieille "Nanan" à qui il proposa en vain de racheter le bistrot ; celle-ci avait "bretonnisé" son nom, elle le nommait...Léon Ferrec ! peut-on lire sur le site de ce qui est devenu en 1993 un café librairie "c’est à dire un lieu de vie, à la fois café-cave-épicerie, librairie et maison d’édition". Lan Manfart et Caprini ont voulu créer un lieu de vie et c'est plus que réussi!
Ici, un slogan lu sur plusieurs sites internet résume bien l’endroit : Caplan & Co, où comment s'enlivrer en toute tranquillité...  . Ici, on fouine, on bouquine dans une ambiance bonne enfant; ici on lit une page de Julien Gracq en écoutant Cohen ou Manset; ici, on commande au bar une assiette grecque tout en jetant un regard ému au poster juste derrière, le bar…Ici, on s’installe en salle ou sur la terrasse et on pourra même aller chercher une crêpe pour le désert, dehors, un peu plus bas ou s’étalent d’autres tables et où se jouent d'autres musiques.
Quel temps fait-il au CapLan ? demande en titre le livre édité par CapLan & Co ?
Ici, il fait bon en ce soir d’été à Poul Rodou "qui, en breton, signifie à peu près "Seuil du gué"..."


Illustration :
Café Librairie CapLan & Co à Poul Rodou - Guimaëc ,
Photographie Louis-Paul Fallot, août 2013


Pour voir la Note publiée sur ce blogue en 2014 dans sa version d'origine et avec d'autres photos, suivre ce lien : Un soir à  la librairie Caplan & Co
.