Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17.12.2008

Noël 2008

 Un texte de Dominique W

Bougies de NOEL-PhotosLP.jpg

 

NOEL 2008

Je vais me déposer mon cinquième Noël d' Abstinent au pied du Sapin. En 2004, je sortais juste de postcure, 3 mois à Marienbronn, j'étais encore rempli de plein de "tremblements" de mon ancienne vie. Mais, j'étais aussi heureux, heureux comme je ne l'avais plus été depuis de nombreuses lunes.
Comme je l'ai déjà écris, dans l'alcool je ne voyais plus les couleurs. J'avais été surpris de me rendre compte en post cure que le monde était si coloré.
Je voyais et ne broyais que du noir, inlassablement.
J'ai maudit Noël et ce que je percevais comme le triomphe des marchands, associé à une immense "Comédie du Bonheur".J'ai changé.
Non que je sois moins critique sur le cinéma publicitaire, mais surtout que comme pour l'alcool, plus principalement l'Abstinence, j'ai renversé ma pensée. Je prends ce qui me plaît et laisse le reste. Quand je buvais, je n'argumentais ma vie qu'"à charges", je faisais l'inventaire de tout ce qui n'allait pas, uniquement de ce qui n'allait pas, la liste était sans fin et mon désespoir comme ma consommation sans limites.
Alors aujourd'hui dans Noël, je prends ce qui me fait briller les yeux et colorier mon cœur. Dans ma besace, j’ai mes souvenirs de gamin, avec ma sœur, au pied du sapin multicolore, j’ai le regard du gamin face aux lumières, j’ai les contes et les histoires auxquelles je veux continuer à croire, j’ai une idée de la Fraternité que mon passage dans les marécages de l'alcoolisme ont ressuscité, je ressens et vie ma trêve qui n'est pas que des Confiseurs, mais bien plus, à fond.
Arrêter l'alcool, plus précisément faire le choix de l'Abstinence m'a ouvert des horizons, Noël s'inscrit aussi dans cette perspective.
Je n'oublie pas mes Noël douloureux, je ne les nie pas.
Je comprends jusqu'au plus petit des échos ce que je peux lire de l'appréhension, du dégoût de certains pour cette période, je comprends.
Mais pour ma part, je témoigne de mon jour, de mon heure, et de l'Espoir au bout de la nuit infernale qu'a été mon alcoolisme.
Je dis juste:

"Croyez en l’Abstinence, bâtissez la, construisez la, faîtes en des plans. Si l'alcool vous a trahi jusque dans votre plus profonde intimité, l’Abstinence ne vous décevra pas, pour peu que vous la nourrissiez de vos joies, vos espoirs, vos amours, vos envies de vivre. Bien sûr le chemin n'est pas facile, mais inventez vous une Etoile, mettez y le regard de votre femme, de votre fille ou fils, les rires de vos proches, ce que vous émeut et ne la lâchez pas des yeux, tracez votre route et rien ne vous arrêtera !"

Boules de NOEL-PhotosLP.jpg

 

Voilà pour cette année, je vais à Midi faire un tour au Marché de Noël, en pensant à vous, à ceux qui ne peuvent pas s'y rendre, j’accrocherai comme chaque année à chaque boule bleue, verte, jaune, rouge. Votre espoir d'être Abstinent, dans l'espoir que l'an prochain vous alliez voir votre sapin et que vous puissiez y accrocher vos propres boules.
Cette année, j’accrocherai au plus beau et plus haut des sapins, une boule multicolore pour me souvenir de Dominique Autié, parti rejoindre sur son traineau le Ciel, parce que cet homme, un jour, au détour du net a éclairé aussi mon Chemin. Qu'il en soit indéfiniment remercié, puisque seul l'indéfinissable nous réunit maintenant.

A tous, Fraternellement.

JOYEUX NOEL

Dominique W

16.12.2008

Ballades nantaises

 

Ballades nantaises-PhotosLP.jpg
 

 

 

Il n’était pas prévu de Note ce matin.

Mais en visitant le monde de mes Blogs  et par les liens  de celles et ceux qui y déposent quelques mots, je suis arrivé chez Marie et ai été très touché par ses "Mots et Photos". Et les quelques phrases d’un début de commentaire sont devenus une Note. Une de celles écrites au petit matin, ces petits matins  « d’avant lever du jour et d’esprit clair » qui sont devenus synonyme de gratitude depuis plus de cinq ans maintenant. Ces petits matin de lecture et de partage dans ce monde de moins en moins virtuel. 

 

Donc, dans quelques jours, j’irais respirer l’air marin  du fleuve Loire et des rivières nantaises.

Je ne ferais sans doute pas la longue promenade qui donne du « sens » aux partages des pas et des mots. Sens est un jeu de mots car  avec la lettre C, c’est aussi un influent de l’Erdre qui elle-même se jette dans la Loire. Pas trop de marche a dit le  Monsieur qui travaille derrière le mur de la boîte de Ben.

J’irais, c’est sûr sur les Bords de Loire voir le grand Carrousel sur l’île de Nantes. J’espère aussi marcher un peu du côté de l’ancien stade dont Marie parle si bien et revenir dire bonjour à « ma Reine » en passant par  ce Lieu Unique que j’aime. Terminer une fin d’après-midi dans le quartier du Bouffay où peut-être nous discuterons du pays.  Et avant de reprendre le tram vers la place du Commerce, pour ragagner la demeure familiale à Orvault,  j’irais sans doute dans une de ces si belles et anciennes librairies nantaises acheter « La forme d’une ville ».

 

Mes lecteurs et lectrices me pardonneront  le manque de liens hypertextes au moment où je mets en ligne ces quelques mots que je  viens de rédiger "d’un trait".

Les liens seront ce jour d’émotion et d’amitiés.  Merci Marie.

 

 

 

Les petites choses, Le Blog de Marie  

 

 

Les photos des Ballades nantaises sont sur mon Blog PhotosLP (2 séries en rubrique Photos)

 

 
 

30.11.2008

300 Notes

 

Alors sans avoir rien
Que la force d'aimer
Nous aurons dans nos mains
Amis
le monde entier

 

Comme l'eau-PhotosLP-2008.jpg
PhotosLP-2008

 

 

 

 

Qu’écrire pour cette 301ème Note ?

En premier le mot MERCI.

A vous qui avez écrits ici dix fois plus que moi dans vos commentaires.

A vous qui êtes passé une fois, dix ou cent venant de France, d’Amérique ou d’ailleurs.

A vous  qui avez un Blog, actif ou non, qui n’en avez plus ou jamais eu mais qui tout simplement aimez  partager sur le Net.

 

Et comment ne pas avoir une pensée  au moment de publier cette Note pour Dominique Autié  qui nous a quitté cette année et qui écrivait ici dans un de ces rares et précieux commentaires (il préférait les courriels) le jeudi 10 avril

 

 Nous avons retrouvé la source, c'est vers elle que l'eau nous aimante ! 

 

C’était sur une Note  conçue à deux avec un autre Dominique, un partage de mots et photos comme j’aime, partages ouverts ici ou déposés par ailleurs sur « la blogosphère » 

 

300 NOTES-PhotosLP.jpgJ’ai donc écrit 300 Notes sur ce carnet numérique !

Ce n’est pas rien !

Je le nomme "Mon Carnet de Nouvelle vie", sans doute aujourd’hui l’appelerais - je plus simplement mon carnet de vie.

 

Que dire sur ces Notes? Re dire car les  mots ont été  déjà écrits  un samedi de juin:

 

 

Il y a les Notes que je prépare et qui restent longtemps en l’état de « brouillon ». Il y a des Notes « finies, bien rangées et qui ne sont toujours pas publiées. Il y a des Notes dans ma tête et qui le restent un moment. Il y a les Notes qui ne seront jamais mises en ligne, mais ce n'est que la vérité du moment.

Il y a ces Notes qui viennent « bousculer » les autres parce qu’elles sont « évidence ».

Cà, c’est avant de cliquer sur « publier ». 

Et après, il y a ce que devient La Note, elle n’est plus seulement un texte et des photos, elle devient aussi commentaires ou  écrits  plus personnels, envoyés par courriels.

Il y a ces Notes que l’on oublie, peu lues  et qui un jour viennent « coller » à l’air du temps. Il y a  enfin des Notes d’où l’on hésite à partir et où d’ailleurs, l’on revient souvent.

C’est ainsi  ici et là-bas aussi, sur les Notes de mes amis, sur les Blogs où j'aime me rendre. Tout cela porte un nom qui s'appelle Partage. Où plus exactement, émotion partagée.

 

Le visiteur ailé-PhotosLP-2008.jpg
PhotosLP
2008

 

Sur les Blogs, il y a des Notes. Des commentaires, des textes et des images, des peintures et photos...

Certaines sont gravées dans la mémoire du temps.

 

Je repars pour une série de Notes aujourd'hui, tant que j'ai l'envie. Merci.

 

 

 

 

 

 


Découvrez Jacques Brel!