Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22.03.2018

Il y a...

Un texte écrit en juin 2008, réécrit en mars 2018.

 

Haute-Provence_Photo LP Fallot.jpg


Il y a...

Il y a des Notes dans ma tête et qui le restent un moment ou pour toujours.
Il y a les Notes que je prépare et qui demeurent en état de projet. Il y a des Notes finies, bien rangées et qui attendent d’être publiées et celles en attente chez l’éditeur de blogue, qui ne seront peut-être jamais mises en ligne.

Il y a ces Notes qui viennent bousculer les autres parce qu’elles sont évidence.

Sur mon blogue(*), il y a les Notes partagées à deux et des corrections faites avec amour, avant que je clique sur publier.
Puis il y a ce que deviens la Note qui n’est plus seulement mots et photos. Elle devient lecture, enrichie des commentaires et parfois il y aura un message plus personnel envoyé par courriel.

La Note vit sa vie avant de s’en aller rejoindre l’historique des Notes. (*) 

Il y a ces Notes que l’on oublie, peu lues mais qui un jour viennent "coller" à l’air du temps.  Il y a des Notes d’où l’on hésite à partir et où d’ailleurs, l’on revient souvent.
C’est ainsi ici et là-bas aussi, quand je lis les Notes de mes amis et sur les blogues que j’aime visiter. Tout cela porte un nom qui s'appelle partage et souvent émotion partagée.


Sur mon ordi et de sauvegardes en relecture, je reviens les lire, mes Notes, écritures en mots et photos, instants de vie partagées.

Sur les blogues, il y a des Notes; il a des commentaires; il y a des textes et des images, des peintures et photos...


Sur mon blogue (*), il y a des Notes et certaines sont gravées dans ma mémoire du temps.


 



(*)  Un jour est né un blogue


 

  

 

Illustration : Haute-Provence, mai 2008, photographie Louis-Paul Fallot
Le texte dans sa  première écriture est  paru sous le titre
Une Note sur un Blog


04.03.2018

Les "Rythmes" d’Andrée Chedid

Chaque année, le Printemps des Poètes décerne le "Prix Andrée Chedid du Poème chanté" dont ce sera la 10ème édition. Pour fêter cet anniversaire, une sélection de textes met à l'honneur les mots d'Andrée Chedid. Avec trois poèmes de Rythmes qui sont proposés à l’occasion de la publication de ce recueil dans la collection Poésie/Gallimard. La préface est signée de Jean-Pierre Siméon.

"À part" est l’un de ces trois poèmes que publie le Printemps des Poètes; il vient s’ajouter sur ce blogue aux poèmes et textes d’Andrée Chedid que j’aime publier régulièrement.  



Ciel_P2040004_LP Fallot.jpg



À part

À part le temps
Et ses rouages
À part la terre
En éruptions
À part le ciel
Pétrisseur de nuages
À part l’ennemi
Qui génère l’ennemi

À part le désamour
Qui ronge l’illusion
À part la durée
Qui moisit nos visages

À part les fléaux
À part la tyrannie
À part l’ombre et le crime
Nos batailles nos outrages

Je te célèbre ô Vie
Entre cavités et songes
Intervalle convoité
Entre le vide et le rien

Andrée Chedid
Rythmes, poésie/Gallimard

 

Illustration : Ciel, photographie Louis-Paul Fallot, février 2018

21.02.2018

Un jour sur le Cours Saleya


Les fleurs sont les premières gouttes de pluie de l’éternel.
Christian Bobin

 

cours saleya,fleurs,pluie,christian bobin,cath,mimosa,livres




Il pleut et c’est jour de bataille de fleur, la première de l’édition 2018 du Carnaval de Nice.
Le Cours Saleya et ses restaurants se sont vidés de tous les touristes - aux panchos de pluie style Happy Days in Paris - qui se sont pressés du côté des billetteries, laissant le marché des fruits et légumes du matin aux mains des jets puissants qui nettoient le cours et dont l’eau vient se mêler à celle de la pluie. La pluie qui s’arrête mais le cours reste désert; le spectacle est ailleurs du côté de la Place Masséna.
C’est jour de bataille de fleurs mais je préfère regarder celles du marché aux fleurs. Ici comme au corso, c’est le temps du mimosa et je pense à L’homme-joie de Bobin: Je ne peux pas te parler du mimosa puisque tu n’es plus là. Mais le mimosa, lui, me parle très bien de toi : tout ce qui est délicat a traversé le pays des morts avant de nous atteindre.

C’est jour de bataille de fleur et je suis loin du monde des touristes et du carnaval.
Un pigeon se promène et semble lui aussi apprécier la quiétude toute provisoire du lieu. "J'aime observer et photographier les pigeons"...ai-je écrit et je me souviens d’une Note illustrée de leurs photos. Mots d’amour en était le titre avec plein de belles citations dans la note et aussi dans les commentaires.  L’écriture doit venir nous chercher où nous sommes, nous sortir de la tombe de nos vies, faire revenir dans nos veines le sang vieil or de l’amour a aussi écrit Christian Bobin.

 

Les citations de Christian Bobin:  Les deux premières sont extraites de "L’homme-joie" et la dernière de "Un bruit de balançoire", éditions L’Iconoclaste.

La Note Mots d’amour à lire sur ce blogue


Illustration : marché aux fleurs du Cours Saleya à Nice, le 17 février 2018, photo Louis-Paul Fallot